En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.

FERMER  x Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Les barbouzes d’internet

laisser un avis
Ce n’est pas parce qu’elles seront totalement informatisées que les cyberguerres se gagneront plus facilement que les guerres tout court. C’est ce qui ressort d’une brillante enquête, réalisée par The New York Times, révélant comment le facteur humain a « planté » la vaste cyber­attaque Stuxnet lancée contre lesinstallations iraniennes entre 2008 et 2010.
En cause, un projet bicéphale, dont une des deux têtes a cru bon d’agir de sa propre initiative. Selon l’enquête, ce projet initié en 2006 est devenu opérationnel à peine Barack Obama élu. Le virus aurait endommagé 1 000 centrifugeuses iraniennes (sur 5 000), retardant de deux ans la mise au point d’armes nucléaires en Iran. Sur le plan diplomatique, les Américains ont impliqué les Israéliens dans le développement de Stuxnet. Pour leurs compétences reconnues en sécurité informatique, bien entendu. Mais aussi pour leur donner d’urgence un os à ronger et éviter qu’ils déclenchent une vaste attaque physique contre l’Iran.
Après une première phase d’espionnage, les Américains ont testé Stuxnet sur une réplique des usines nucléaires visées, construite en secret dans le Tennessee à partir des centrifugeuses confisquées à Kadhafi en 2003. Et là intervient le facteur humain. Stuxnet fut inoculé dans les ordinateurs de Natanz par des espions américains qui ont misé sur la crédulité des opérateurs locaux. Ceux-ci ont installé des fichiers infectés sur des machines critiques sans prendre de précautions.
A l’inverse, c’est parce que les Israéliens ont fini par avoir trop confiance dans le fonctionnement du virus qu’ils en ont désactivé certains garde-fous pour qu’il aille se balader ailleurs dans la centrale et y fasse des ravages plus graves encore. Une erreur, car Stuxnet s’est alors répandu sur internet, où il fut découvert par le public, obligeant les Américains à stopper rapidement leur première grande cyberattaque.
envoyer
par mail
imprimer
l'article




Newsletter 01net. Actus

@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Les promesses séduisantes des assurances contre les cyber-risques
La chaîne TV5Monde victime d'une cyberattaque sans précédent
L'Assurance maladie soigne son arsenal informatique anti-fraude
La CNIL valide le déchiffrement par l'employeur des flux SSL
Cybersécurité : 218 opérateurs "d'importance vitale" sous pression
L'Anssi aide les PME à protéger leur informatique contre le piratage
Projet de loi sur le renseignement : les 5 points qui inquiètent
Des pirates se sont emparés d'un milliard d'adresses e-mail
Les objets connectés créent un nouveau risque de fuite de données
Apple Pay à l'origine d'une fraude massive aux Etats-Unis
Cartes SIM : Gemalto minimise le piratage supposé de la NSA
Le directeur de la NSA veut accéder aux communications chiffrées
Renforcer la sécurité informatique, priorité absolue des DSI
Comment la NSA déchiffre les communications via téléphone mobile
Des cartes SIM piratées par la NSA et son homologue britannique
Obama veut mobiliser les entreprises américaines sur la cybersécurité
Capgemini met le paquet sur la cybersécurité
HP se renforce dans la cybersécurité en achetant Voltage
Faille zero day : évitez d'utiliser Internet Explorer jusqu'à nouvel ordre
L’assureur-santé américain Anthem victime d'une cyber-attaque