En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Les barbouzes d’internet

laisser un avis
Ce n’est pas parce qu’elles seront totalement informatisées que les cyberguerres se gagneront plus facilement que les guerres tout court. C’est ce qui ressort d’une brillante enquête, réalisée par The New York Times, révélant comment le facteur humain a « planté » la vaste cyber­attaque Stuxnet lancée contre lesinstallations iraniennes entre 2008 et 2010.
En cause, un projet bicéphale, dont une des deux têtes a cru bon d’agir de sa propre initiative. Selon l’enquête, ce projet initié en 2006 est devenu opérationnel à peine Barack Obama élu. Le virus aurait endommagé 1 000 centrifugeuses iraniennes (sur 5 000), retardant de deux ans la mise au point d’armes nucléaires en Iran. Sur le plan diplomatique, les Américains ont impliqué les Israéliens dans le développement de Stuxnet. Pour leurs compétences reconnues en sécurité informatique, bien entendu. Mais aussi pour leur donner d’urgence un os à ronger et éviter qu’ils déclenchent une vaste attaque physique contre l’Iran.
Après une première phase d’espionnage, les Américains ont testé Stuxnet sur une réplique des usines nucléaires visées, construite en secret dans le Tennessee à partir des centrifugeuses confisquées à Kadhafi en 2003. Et là intervient le facteur humain. Stuxnet fut inoculé dans les ordinateurs de Natanz par des espions américains qui ont misé sur la crédulité des opérateurs locaux. Ceux-ci ont installé des fichiers infectés sur des machines critiques sans prendre de précautions.
A l’inverse, c’est parce que les Israéliens ont fini par avoir trop confiance dans le fonctionnement du virus qu’ils en ont désactivé certains garde-fous pour qu’il aille se balader ailleurs dans la centrale et y fasse des ravages plus graves encore. Une erreur, car Stuxnet s’est alors répandu sur internet, où il fut découvert par le public, obligeant les Américains à stopper rapidement leur première grande cyberattaque.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
[MàJ] Blackberry rachète Secusmart, qui sécurise les communications d’Angela Merkel
Le conseil de l’UE vote une législation commune sur la signature électronique
La CNIL sanctionne un dispositif de géolocalisation de véhicules en location
L’Europe prépare une force d’action contre le cybercrime
La banque centrale européenne victime d’un piratage
Les pirates adeptes des arnaques nigérianes ciblent les entreprises
Safran se sert d’un serious game pour lutter contre l’espionnage industriel
Amazon au service de la CIA et de la NSA
Que font les hackers durant les matchs de foot ?
Cyberespionnage massif dans le secteur énergétique européen
Lutte contre la cybercriminalité : un rapport, cinquante-cinq propositions
Selon la BSA, 36 % des logiciels PC installés seraient non conformes en France
Forte hausse des incidents de sécurité en entreprise selon le Clusif
Les FAI devront-ils bientôt jouer la police sur le web ?
Fuite de données clients : la CNIL sanctionne DHL
Etats-Unis : La Chambre des représentants veut restreindre les pouvoirs de la NSA
Thales choisi pour sécuriser l’accès à internet de l’État
Le Cigref prépare un serious game pour sensibiliser à la sécurité informatique
Symbian pris en otage, Nokia a payé des millions d’euros
La cyber-assurance profite de la multiplication des menaces