En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Les barbouzes d’internet

laisser un avis
Ce n’est pas parce qu’elles seront totalement informatisées que les cyberguerres se gagneront plus facilement que les guerres tout court. C’est ce qui ressort d’une brillante enquête, réalisée par The New York Times, révélant comment le facteur humain a « planté » la vaste cyber­attaque Stuxnet lancée contre lesinstallations iraniennes entre 2008 et 2010.
En cause, un projet bicéphale, dont une des deux têtes a cru bon d’agir de sa propre initiative. Selon l’enquête, ce projet initié en 2006 est devenu opérationnel à peine Barack Obama élu. Le virus aurait endommagé 1 000 centrifugeuses iraniennes (sur 5 000), retardant de deux ans la mise au point d’armes nucléaires en Iran. Sur le plan diplomatique, les Américains ont impliqué les Israéliens dans le développement de Stuxnet. Pour leurs compétences reconnues en sécurité informatique, bien entendu. Mais aussi pour leur donner d’urgence un os à ronger et éviter qu’ils déclenchent une vaste attaque physique contre l’Iran.
Après une première phase d’espionnage, les Américains ont testé Stuxnet sur une réplique des usines nucléaires visées, construite en secret dans le Tennessee à partir des centrifugeuses confisquées à Kadhafi en 2003. Et là intervient le facteur humain. Stuxnet fut inoculé dans les ordinateurs de Natanz par des espions américains qui ont misé sur la crédulité des opérateurs locaux. Ceux-ci ont installé des fichiers infectés sur des machines critiques sans prendre de précautions.
A l’inverse, c’est parce que les Israéliens ont fini par avoir trop confiance dans le fonctionnement du virus qu’ils en ont désactivé certains garde-fous pour qu’il aille se balader ailleurs dans la centrale et y fasse des ravages plus graves encore. Une erreur, car Stuxnet s’est alors répandu sur internet, où il fut découvert par le public, obligeant les Américains à stopper rapidement leur première grande cyberattaque.
envoyer
par mail
imprimer
l'article


@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Sécurité : Deloitte France intègre la société HSC
Sécurité: les RSSI inquiets face aux cyberattaques sophistiquées
Alten lance une co-entreprise dans la cybersécurité
Des PDG et des directeurs financiers, piégés par... des macros Word
Intel rachète PasswordBox, un gestionnaire de mots de passe
Les acteurs du numérique redoutent les effets de la directive européenne NIS
CA Technologies aurait dédommagé la banque RBS pour sa méga-panne de 2012
Siemens corrige des failles sur ses systèmes industriels Scada
Quand les logiciels espions se font passer pour de vraies applis
Comment limiter les risques lors d'une attaque comme celle subie par Sony
Regin, le malware furtif qui espionne à tout va
Uber embauche une équipe pour mieux protéger les données de ses clients
La banque anglaise RBS paie cher sa méga-panne informatique de 2012
Samsung s'allie à BlackBerry pour sécuriser les flottes de mobiles Galaxy
Bull et Gras Savoye assurent les entreprises contre les cyber-risques
Sécurité: les pratiques des salariés divergent des consignes édictées
[Vidéo 01 Replay] La sécurisation des données personnelles sur le web préoccupe les Français
[Vidéo 01 Replay] Sécurité numérique : Gemalto poursuit sa conquête du marché
Résultats T3 : Gemalto confirme ses objectifs pour l’année
Touch ID: une sécurisation bienvenue pour l'iPad en entreprise