En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Les barbouzes d’internet

laisser un avis
Ce n’est pas parce qu’elles seront totalement informatisées que les cyberguerres se gagneront plus facilement que les guerres tout court. C’est ce qui ressort d’une brillante enquête, réalisée par The New York Times, révélant comment le facteur humain a « planté » la vaste cyber­attaque Stuxnet lancée contre lesinstallations iraniennes entre 2008 et 2010.
En cause, un projet bicéphale, dont une des deux têtes a cru bon d’agir de sa propre initiative. Selon l’enquête, ce projet initié en 2006 est devenu opérationnel à peine Barack Obama élu. Le virus aurait endommagé 1 000 centrifugeuses iraniennes (sur 5 000), retardant de deux ans la mise au point d’armes nucléaires en Iran. Sur le plan diplomatique, les Américains ont impliqué les Israéliens dans le développement de Stuxnet. Pour leurs compétences reconnues en sécurité informatique, bien entendu. Mais aussi pour leur donner d’urgence un os à ronger et éviter qu’ils déclenchent une vaste attaque physique contre l’Iran.
Après une première phase d’espionnage, les Américains ont testé Stuxnet sur une réplique des usines nucléaires visées, construite en secret dans le Tennessee à partir des centrifugeuses confisquées à Kadhafi en 2003. Et là intervient le facteur humain. Stuxnet fut inoculé dans les ordinateurs de Natanz par des espions américains qui ont misé sur la crédulité des opérateurs locaux. Ceux-ci ont installé des fichiers infectés sur des machines critiques sans prendre de précautions.
A l’inverse, c’est parce que les Israéliens ont fini par avoir trop confiance dans le fonctionnement du virus qu’ils en ont désactivé certains garde-fous pour qu’il aille se balader ailleurs dans la centrale et y fasse des ravages plus graves encore. Une erreur, car Stuxnet s’est alors répandu sur internet, où il fut découvert par le public, obligeant les Américains à stopper rapidement leur première grande cyberattaque.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Le groupe Gorgé rachète le spécialiste des drones aériens Infotron
VMware devrait fournir plus de 20 correctifs pour Heartbleed samedi
Les premiers piratages basés sur Heartbleed se font jour
Akamai est toujours en train de mettre à jour son infrastructure
BlackBerry devrait fournir un correctif pour Heartbleed d’ici vendredi
Les entreprises trop lentes à détecter les attaques informatiques
La faille Heartbleed concerne les produits réseaux de Cisco et Juniper
Fin du support de XP : les entreprises françaises particulièrement menacées
Cybersécurité, 2013 a vu une explosion des vols de données à grande échelle
Inside Secure se renforce dans la sécurité des paiements mobiles
Fin du support de XP : la Saint Hacker tombera-t-elle un 8 avril ?
Game of Thrones, la série qui met les entreprises en danger
Cyber@Hack, une journée pour sensibiliser aux enjeux de la sécurité informatique
Samsung étoffera ses services gérés de sécurité pour flotte de mobiles
La Cnil autorise la SNCF à évaluer les risques de fraude en ligne
Une « carte de la cyberguerre » en temps réel, signée Kasperky
Le départ précipité du PDG de Symantec place l’entreprise dans l’incertitude
Après l'éviction de son PDG, l'action de Symantec plonge
La législation européenne sur les données personnelles en dix questions
La Cnil pourra effectuer des contrôles en ligne