En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Solutions Linux 2012 fait la part belle aux associations et à Suse

Le rendez-vous annuel du logiciel libre en France se tient cette semaine au Cnit. Une édition où les communautés font preuve d’un beau dynamisme, alors que les acteurs commerciaux se divisent.

laisser un avis
C’est dans une joyeuse pagaille que Solutions Linux a ouvert ses portes au Cnit, à Paris-La Défense. Si l’événement reste un rendez-vous important pour les multiples communautés d'amateurs, en va-t-il toujours de même pour les acteurs commerciaux ? La question se pose, notamment en l’absence de quelques ténors du marché, tels que Red Hat, l'éditeur numéro 1 mondial de l'open source, ou encore celle de Linagora, l’incontournable SSLL française, absente pour la première fois depuis plus de dix ans. Son fondateur, Alexandre Zapolsky, s’est longuement expliqué dans un communiqué de presse fleuve. Mais, de fait, il a laissé le champ libre à Smile et à Alter Way, ses concurrents directs, pour présenter leurs offres et leurs stratégies.

L'open source touche toutes les briques du système d'information

Il y avait foule du côté des stands des associations lors de l'ouverture de Solutions Linux.
agrandir la photo
Pour cette édition 2012, les organisateurs ont défini 13 thèmes de conférences, preuve que les solutions open source sont aujourd'hui présentes dans toutes les problématiques d'entreprise. Depuis le développement web, l'e-commerce, jusqu'aux ERP, en passant par les bases de données NoSQL ou le cloud computing, des solutions matures ont fini par émerger sur le marché.
Côté Linux pour les serveurs, Red Hat a laissé le champ libre à son rival Suse. Philippe Desmaison, directeur technique France, est venu expliquer le renouveau d’un éditeur visiblement libéré de l’emprise de Novell après son acquisition par Attachmate. L’éditeur est en outre porté par ses accords avec SAP, IBM et Microsoft. Au début du mois, ce dernier annonçait le support d’instances Suse Linux sur Azure, son cloud public.

Suse porte l’offensive dans le cloud

La Roadmap de SUSE Cloud.
agrandir la photo
Philippe Desmaison a brièvement présenté Suse Linux Enterprise 11 SP2, une version qui s’appuie notamment sur le noyau Linux 3.0, et qui met en oeuvre la technologie btrfa. Ce système de fichiers, initialement développé par Oracle, présente des fonctions plutôt intéressantes, comme le snapshots et le rollback des arborescences de fichiers. En outre, cette SP2 gère les containers, ainsi que des mises à jour automatisées.
Néanmoins, la principale annonce de Suse sur le salon fut le carnet de route de l'offre Suse Cloud. Elle s’appuie sur l’édition Essex d’OpenStack, à laquelle l’éditeur a ajouté son logiciel Suse Studio pour générer les images virtuelles, ainsi que Suse Manager pour la gestion des nœuds. Si cette bêta n’exécute que les images KVM, la version 1.0, annoncée pour le troisième trimestre gèrera en plus Xen. Quant à la version 2.0, promise pour la fin d’année, elle ajoutera les machines virtuelles ESX de VMware.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Microsoft attaqué par des défenseurs espagnols des logiciels open source
Arrêt de Windows XP : nos conseils pour survivre (vidéo)
Linux : Red Hat intègre la communauté CentOS
Cartographie des compétences open source en France
Ubuntu Touch a trouvé son premier partenaire pour débarquer sur smartphone
Valve rejoint la Linux Foundation et dessine un nouveau futur du jeu vidéo
Microsoft ouvre sa Kinect aux développeurs web et open source
Figure de l’open source, Ed Daniel devient responsable marketing de Normation
Les perspectives de l’open source pour 2014
IBM investit dans le logiciel libre à Montpellier
Valve dévoilerait davantage de détails sur sa Steam Box dès la semaine prochaine
45 dollars pour un ordinateur, équipé d’un processeur ARM, de 5 cm cube
L'État vante l'achat patriotique... mais favorise l'offre étrangère
Ubuntu fait appel au crowdfounding pour lancer Edge, son smartphone haut de gamme
Diva-Cloud : Accédez en ligne aux applications open source
Avec le logiciel libre, le secteur public européen pourrait économiser plus d’un milliard d’euro
Le Conseil national du logiciel libre fera un tour de France à la rencontre du secteur public
En phase de recrutement, Suse soutient la formation Linux dans les grandes écoles
Genymobile lance un émulateur Android open source
L'achat patriotique, il y a ceux qui en parlent et il y a ceux qui le sapent !