En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

L'ERP IFS Applications V8 se veut plus souple à l'usage

L’éditeur suédois IFS a lancé la version 8 de son offre. Aboutissement de son projet Eagle, celle-ci apporte la gestion par interface web et un module décisionnel.

laisser un avis
Comme à son habitude, la nouvelle mouture d’IFS Applications apporte son lot de nouveautés fonctionnelles. Mais cette version 8 consolide surtout l’approche par extensions de marché adoptée par l'éditeur. « Jusqu’à présent, nos nouvelles versions étaient livrées tous les dix-huit à vingt-quatre mois, explique Amor Bekrar, PDG d’IFS France. Désormais, chacun pourra installer ces extensions de marché en fonction de ses besoins, et entre deux versions majeures. L'ensemble sera ensuite intégré à la version majeure de manière transparente. » L’éditeur a déjà livré 14 extensions de ce type.

Une brique décisionnelle embarquée

IFS Enterprise Explorer, l'interface utilisateur d'IFS Applications 8.
agrandir la photo
IFS Applications v. 8 évolue aussi sur la forme. L'interface web IFS Enterprise Explorer devient ainsi l'outil d'interaction standard du progiciel. Les fermes de serveurs Citrix ne seront donc plus nécessaires pour accéder à l'ERP depuis des clients légers.
Autre nouveauté majeure de cette édition : son volet décisionnel, avec l'ajout de la brique Quickreport, qui permet de générer des rapports dans l’interface d’IFS Enterprise Explorer. Pour aller plus loin dans l’analyse des données, l’éditeur mise toujours sur son module Excel. Cette brique ne remet pas en cause l’ouverture de l'ERP aux plates-formes décisionnelles du marché. Le support de SAP Businessobjecst, IBM Cognos ou encore Qlickview reste d’actualité.

Pas de cloud IFS à l'horizon

En revanche, comparée à celle de ses concurrents, la stratégie cloud computing d’IFS peut sembler timorée, puisque l’éditeur n’a pas d’offre ERP Saas à son catalogue. Amor Bekrar s’en explique : « Techniquement, nous ne sommes pas opposés à une offre en mode Saas, mais la demande reste encore confidentielle. Avec la montée de l’ASP, puis du Saas, on s’attendait à une vague qui allait tout emporter… Il n’en a rien été. Cela dit, pour certains composants non critiques, le cloud a tout son sens. Nous ne sommes donc pas dogmatiques en la matière. »
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Braskem : quand l’informatique doit accompagner l’hypercroissance
Rachat : Accenture se renforce dans le domaine de l’industrie numérique
Generix cède son activité ERP à l’américain Aurea
Infor annonce une version majeure de son ERP
En difficultés, Acer fait revenir son fondateur à la tête du groupe
Comment réussir son projet ERP dans le cadre d’un spin-off ?
Autarcia lève 850 000 euros pour développer son ERP « nouvelle génération »
Piercan bâtit avec GFI un système de production totalement intégré
Le groupe Giraudi va harmoniser son informatique avec le progiciel M3 d’Infor
Sylob dévoilera son offre cloud sur le salon Solutions ERP
SolidWorks veut casser les limites de la CAO mécanique
Comment optimiser les coûts liés à son ERP ?
L’Inria fait auditer son ERP
L’impression 3D réinvente l’industrie
MyERP propose une intégration à Gmail innovante
Avec Apriso, Dassault Systèmes étend son offre sur la production industrielle
Divalto accélère dans la mobilité en s'offrant 2 logiciels RBS Software
Alcatel-Lucent s'enfonce dans une zone de turbulence
Alcatel-Lucent s'enfonce dans une zone de forte turbulence