En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Les entreprises n'accrochent pas au big data

Selon une étude Sybase/IDC, les utilisateurs accordent peu d’importance à l’exploration d’informations non structurées et restent focalisés sur l’analyse de données issues d’applications critiques.

laisser un avis
agrandir la photo
Publiée hier, l’étude de Sybase/IDC a un grand mérite : celui de tempérer les ardeurs de la « vague » big data. Une discipline qui, pour rappel, prévoit d’analyser en masse des données variées, à la fois structurées et non structurées.
Que disent en substance la centaine d’entreprises qui a été sondée ? Que les priorités portent avant tout sur l’analyse des données des applications critiques, et moins sur l’interrogation de gros volumes de données historiques. Quant à l’exploration de données non structurées, tels que les documents ou les e-mails, elle arrive en dernière position des intérêts (voir schéma ci-dessus). 

Des bénéfices qui toucheraient avant tout les technologies de l'information

agrandir la photo
On le voit donc, les répondants cherchent avant tout à perfectionner leurs systèmes décisionnels actuels avant de s’attaquer à de nouveaux contenus. D’ailleurs, et c’est un signe, près de la moitié d’entre eux jugent le terme de big data flou et inadapté. L’étude soulève également un paradoxe : ce sont d’abord les fonctions IT qui bénéficieraient le plus d’un virage vers le big data, car ce dernier leur permettrait de renforcer leur outils d’analyse et de contrôle des données. Les métiers eux, attendent moins de ce virage (voir schéma ci-contre). 

Ne pas mettre la charrue avant les bœufs

Enfin, pour poursuivre dans la même tonalité, seules 12 % des entreprises ont commencé à entamer une démarche big data. Principalement pour «  faire des choses qu’il était impossible de faire jusqu’ici », indique l’étude. Des « choses » dans l’élaboration de modèle statistiques ou dans l’extraction d’informations pertinentes parmi un volume de données brutes.
Ces conclusions rappellent que les nouvelles infrastructures de type Hadoop ou les bases NoSQL ont beau être très prometteuses, elles n’en restent pas moins confinées à des besoins spécifiques. Bien d’autres priorités sont à gérer avant de chercher à capturer et à analyser d’autres sources de données.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Comment rater son projet big data en 12 leçons
Le big data est difficilement soluble dans les organisations traditionnelles
Hadoop est en passe de détrôner le datawarehouse traditionnel
Deloitte dévoile les dix tendances technologiques 2014
IBM se sert du big data pour lutter contre la fraude
Le big data fait un tabac au concours mondial de l’innovation
Spécialiste du big data, Cloudera lève 160 millions de dollars
Les objets connectés, cheval de Troie du big data ?
Big data, sécurité et mobile : le tiercé gagnant du CeBIT 2014
Axa et Withings lancent un appel à projets pour les startups des objets connectés
A côté de la DSI, le marketing mérite sa propre plateforme digitale
Les grands distributeurs, ces précurseurs du big data
Big Data ou comment la technologie se met au service des métiers
Les salaires des spécialistes du big data s’envolent
01 Replay : Les nouveaux enjeux du big data
Municipales : NKM veut faire de Paris la capitale de l'open et du big data
IBM met le big data au service des RH
L'Inria dévoile ses projets d'interfaces homme-machine
Bull table sur le cloud et le big data pour améliorer sa rentabilité