En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Les entreprises n'accrochent pas au big data

Selon une étude Sybase/IDC, les utilisateurs accordent peu d’importance à l’exploration d’informations non structurées et restent focalisés sur l’analyse de données issues d’applications critiques.

laisser un avis
agrandir la photo
Publiée hier, l’étude de Sybase/IDC a un grand mérite : celui de tempérer les ardeurs de la « vague » big data. Une discipline qui, pour rappel, prévoit d’analyser en masse des données variées, à la fois structurées et non structurées.
Que disent en substance la centaine d’entreprises qui a été sondée ? Que les priorités portent avant tout sur l’analyse des données des applications critiques, et moins sur l’interrogation de gros volumes de données historiques. Quant à l’exploration de données non structurées, tels que les documents ou les e-mails, elle arrive en dernière position des intérêts (voir schéma ci-dessus). 

Des bénéfices qui toucheraient avant tout les technologies de l'information

agrandir la photo
On le voit donc, les répondants cherchent avant tout à perfectionner leurs systèmes décisionnels actuels avant de s’attaquer à de nouveaux contenus. D’ailleurs, et c’est un signe, près de la moitié d’entre eux jugent le terme de big data flou et inadapté. L’étude soulève également un paradoxe : ce sont d’abord les fonctions IT qui bénéficieraient le plus d’un virage vers le big data, car ce dernier leur permettrait de renforcer leur outils d’analyse et de contrôle des données. Les métiers eux, attendent moins de ce virage (voir schéma ci-contre). 

Ne pas mettre la charrue avant les bœufs

Enfin, pour poursuivre dans la même tonalité, seules 12 % des entreprises ont commencé à entamer une démarche big data. Principalement pour «  faire des choses qu’il était impossible de faire jusqu’ici », indique l’étude. Des « choses » dans l’élaboration de modèle statistiques ou dans l’extraction d’informations pertinentes parmi un volume de données brutes.
Ces conclusions rappellent que les nouvelles infrastructures de type Hadoop ou les bases NoSQL ont beau être très prometteuses, elles n’en restent pas moins confinées à des besoins spécifiques. Bien d’autres priorités sont à gérer avant de chercher à capturer et à analyser d’autres sources de données.
envoyer
par mail
imprimer
l'article


@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Le big data, un nouvel eldorado non sans risque pour les publicitaires
Oracle OpenWorld : cloud et engineered systems, les mots-clés de l’édition 2014
Chez les pompiers, le big data sauve déjà des vies
Le big data et la sécurité : plus de données... plus de problèmes
Oodrive rachète Active Circle, un expert du stockage big data
Comment aider le cerveau à appréhender le big data
Big Data, radioscopie d’un nouveau gisement d’opportunités pour la grande distribution
On dépensera plus en 2015 !
01 Replay : Coup de pouce à la startup Price Match
Apple et IBM nouent une alliance historique
Coupe du monde : l'Allemagne avait un douzième homme... le big data
Coup de projecteur sur les délicates -mais parfois réussies- relations entre startups et grands comptes
Le plan big data vise à créer 80 000 emplois d’ici 2020
Un milliard de données remontent automatiquement chaque jour depuis les smartphones
Deux "jobs en or" recherchés par les entreprises en 2015
Avec Dataflow, Google analyse les flux de données à la volée
La high tech, un renfort de poids pour les équipes de football
Ressources humaines : qui a peur du grand méchant big data ?
01 replay : Le big data au coeur de la transformation des banques
La grande distribution bien dotée en data scientists