En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Programmer ou être programmé

laisser un avis
Rendre la filière numérique plus attrayante, c’est avant tout démarrer beaucoup plus tôt l’apprentissage de l’informatique. Mais attention&#160! Il ne s’agit pas de se cantonner au dialogue de surface avec les ordinateurs en manipulant des interfaces tactiles ou des logiciels prêts à l’emploi. Dans son livre Program or Be Programmed, paru en 2011, l’essayiste et écrivain Douglas Rushkoff affirme que la programmation, comme l’écriture ou l’imprimerie en leur temps, constitue l’une des rares opportunités qu’a eu l’être humain, d’agir sur son environnement tout en le créant par le texte. Pour lui, la programmation peut devenir un moyen d’accéder à la connaissance, et donc à la liberté. Mieux comprendre les systèmes et la manière dont ils sont conçus aide à mieux les accepter, les modifier, voire les contourner.
Et il ne suffit pas d’offrir l’accès au haut débit ou à des ordinateurs moins chers afin de réduire la fracture numérique et de donner envie aux hommes et aux femmes de travailler dans cet univers. Il faut véritablement se plonger dès son plus jeune âge au cœur de cette matière du numérique. A travers un enseignement qui peut être ludique et rigoureux, des pistes existent pour former les futures générations à coder, même sommairement.

L'influence du patron de Google sur le ministère de l'Education britannique

Aux Etats-Unis, les manuels scolaires de mathématiques proposent depuis des années aux enfants de tester leurs équations en langage basic. Au Royaume-Uni, c’est le patron de Google, Eric Schmidt, qui a rué dans les brancards à l’été 2011, expliquant qu’à force de ne pas enseigner la programmation à l’école, ce pays était en train de se débarrasser d’un important héritage informatique. Ni une ni deux, le gouvernement britannique a réintroduit dès cette rentrée la programmation informatique dans plusieurs cursus. Si la France veut devenir une grande nation du numérique, il faut des gens qui en comprennent toutes les facettes. Et cet apprentissage doit commencer le plus tôt possible.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
L'État vante l'achat patriotique... mais favorise l'offre étrangère
Les géants d'Internet servent leur gouvernement avant leurs clients
Un chômage en hausse, des PME qui veulent recruter : le paradoxe à la française
New York détrône Palo Alto et séduit les entrepreneurs français
Légiférer sur la neutralité d'Internet pour en finir avec l'utopie numérique
L'intelligence artificielle et le big data aideront à vaincre le Sida
Guerre des clones, proximité numérique et ruptures de stocks
L'objectif de Syntec numérique ? Peser auprès du gouvernement
Crédit d'impôt : le « bol d’air » qui masque l’asphyxie ?
L'achat patriotique, il y a ceux qui en parlent et il y a ceux qui le sapent !
La révolution digitale viendra des entrepreneurs, pas des gouvernements
Place au premier collège de l'innovation en France
Le Brésil veut attirer les start up dans son "Amazon Valley"
Télémédecine : un plan, vite !
Pétitions en ligne très surveillées et rififi à Saint-Pétersbourg
Les entreprises du numérique créent les usages de demain
Faire payer des frais d’inscription aux étudiants de classes préparatoires ?
Big data : vers une société de la transparence ?
42, un nouveau type de mécénat français
Vive la crise !