En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

L'informatique, premier recruteur d'ingénieurs en 2011

L’an dernier, près d’un ingénieur recruté sur neuf l’a été dans le secteur IT. En revanche, côté rémunération, l’informaticien se situe plutôt dans la fourchette basse.

laisser un avis
agrandir la photo
En 2011, près d’un ingénieur recruté sur neuf l’a été dans « les services informatiques et les services d’information ». Ce chiffre saillant ressort de l’enquête du Conseil national des ingénieurs et scientifiques de France (CNISF) qui fait chaque année autorité au regard de la taille de l’échantillon interrogé (*).
Avec 10 230 embauches l’an dernier contre 9 830 en 2010, le secteur IT accentue même sa domination. Sur l’ensemble de la population des ingénieurs, les SSII et les éditeurs accaparent 11,6 % des effectifs.
Est-ce un choix de cœur ou de raison ? L’étude note que les diplômés d’une école d’ingénieurs du groupe A qui choisissent le tertiaire s’orientent davantage vers la finance ou le conseil que vers les sociétés de services (SSII ou ingénierie).

Les ingénieurs télécoms inquiets pour leur emploi

agrandir la photo
Par ailleurs, cette montée en puissance du secteur IT ne se traduit pas forcément sur la feuille de paie. Avec un salaire brut annuel médian de 53 015 €, l’ingénieur informatique est le moins bien payé, après son homologue de l’enseignement et celui des « études, recherche et conception ».
Comparativement aux autres fonctions, il pâtit surtout d’une progression de salaire lente avec une rémunération médiane qui démarre à 38 K€ (moins de 30 ans) pour atteindre le double entre 45 et 64 ans.
Les ingénieurs des télécoms sont un peu mieux lotis avec un salaire médian d’un peu plus de 60 K€. En revanche, les télécommunications font partie des trois secteurs, avec les filières textile et bois-papier, où la proportion d’ingénieurs inquiets pour leur emploi est plus élevée que la moyenne.

(*) Près de 45 000 ingénieurs de moins de 65 ans, issus de 116 écoles, ont répondu au questionnaire au cours du premier trimestre 2012.

envoyer
par mail
imprimer
l'article


@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Les jeunes ingénieurs boudent les SSII
Glassdoor, le TripAdvisor de l’emploi, débarque en France
Mobilité : comment exploiter les files d’attente pour chercher un emploi
Une idée simple : pour enseigner l'informatique, il faut des informaticiens
L’informaticien en SSII, un ingénieur pas comme les autres
L’informatique pourrait créer jusqu’à 110 000 emplois d’ici 2022
Deux "jobs en or" recherchés par les entreprises en 2015
Moins d’un informaticien sur deux s’estime reconnu par son employeur
L’appli mobile qui défend l’emploi en France
Ne perdez pas votre temps à répondre à une offre d’emploi bidon !
Emploi d’avenir : un décret élargit le contrat aux jeunes diplômés qualifiés
Gap recrute sur Facebook
Laurent Solly (Facebook) : « La force de frappe de Facebook au service de l’emploi »
Facebook propose de centraliser les offres d’emploi des PME
Ingénieur développeur : une double compétence génératrice de success story
Le monopole de Google détruit jusqu'à 12 000 emplois en France
Epargné par de nouvelles coupes, HP France veut se relancer
Pour Michel Sapin, le numérique doit contribuer à inverser la courbe du chômage
47% des emplois pourront être confiés à des ordinateurs intelligents d’ici 20 ans