En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Les boutiques de contrefaçon en première page de Google

laisser un avis
La Chambre de commerce internationale estime à plus de 1 000 milliards de dollars par an les pertes liées à la contrefaçon pour l'économie mondiale. Ce phénomène s’est considérablement développé sur internet. Les contrefaisants incluent le nom de la marque visée dans les noms de domaine qu'ils utilisent pour ces sites contrefaisants. Les préjudices financiers grimpent quand ces fausses boutiques se positionnent dans les premiers résultats des moteurs de recherche.
agrandir la photo
Saisissez la requête « Louboutin » sur Google France. Vous serez étonné de constater l’affichage de sept boutiques contrefaisantes dans les dix premiers résultats. Référencer ce type de boutique avec de mauvaises intentions s’appelle le « Black Hat SEO ». Ces derniers mois, les sites de contrefaçon arrivent à se placer dans les tout premiers résultats des moteurs de recherche. Ils ont appréhendé rapidement les algorithmes des moteurs pour bénéficier d’une audience maximale. Ces sites esthétiquement aboutis proposent à des tarifs discounts des produits de contrefaçon. L’internaute moyen peut rapidement être trompé par les images des produits souvent extraites des sites officiels.
agrandir la photo
Quand la requête sur une marque comme Lancel vous propose, en deuxième résultat, le nom de domaine lancelbrigittebardot.com, le site bénéficie de la confiance de l’internaute. Il interprète ce référencement optimal comme un gage de sûreté. Quelques indices peuvent l’alerter. En regardant de plus près le texte associé au site lancelbrigittebardot.com, il pourrait remarquer l’absence de « e » à « meilleur qualité » ou « site official » à l’anglaise, au lieu d’officiel en français.

Buy, shop, store associé à la marque dans le nom des fausses boutiques

Le livre blanc sur le cybersquatting publié par Keep Alert, plate-forme de surveillance de marques sur internet, a révélé que 59 % des noms de domaine litigieux contiennent la marque visée. Elle est associée à des termes génériques comme « buy » (3,3 % des décisions UDRP, Uniform Domain Name Dispute Resolution Policy en 2011), « shop » (3,2 %), « sale » (2,4 %), « store » (2 %) ou « outlet » (1,3 %).  L’industrie de la mode (25 % des requérants auprès de l’OMPI) est particulièrement touchée avec des litiges gagnés pour les ayants droit contre des boutiques contrefaisantes comme calvinklein-boxers.com (D2011-1754), prada-sitoufficiale.org (D2011-2020) ou vipcrocs.com (D2011-1493).
Une stratégie efficace pour identifier les sites contrefaisants consiste à détecter, et suivre au fil du temps, l’ensemble des noms de domaine enregistrés reprenant une marque à l’identique, au contenant ou à l’approchant (typosquatting). Parmi les noms de domaine identifiés, il faut ensuite cibler prioritairement ceux qui sont associés à des boutiques en ligne. Il est nécessaire de rechercher la présence d’autres noms de domaine figurant sur la même adresse IP.  Enfin, il fconvient de collecter le plus d’indices caractéristiques d’une activité illicite : tarifs anormalement bas, présence de fautes d’orthographe, reprise non autorisée d’images ou de textes de sites officiels, utilisation de « registrars » sensibles…
Afin de lutter contre les boutiques de contrefaçon en ligne, il est recommandé de :
• Mettre en place une surveillance de noms de domaine correspondant aux marques de la société ;
• Détecter les changements d’usage des noms de domaine « monitorés » ;
• Mener des actions juridiques en cas de préjudices financiers ;
• S’assurer de la bonne récupération des noms de domaine litigieux avec votre registrar.

Jean-François Poussard

Depuis 2004, Jean-François Poussard est un spécialiste du marché des noms de domaine. Il en maîtrise l'ensemble des enjeux transversaux : juridique, marketing, communication, référencement, technique et administratif. Il conseille les plus grandes sociétés françaises et européennes dans leur stratégie mondiale de dénomination.

Au printemps 2010, il rejoint l'agence internet Systonic pour y diriger le nouveau département sur les noms de domaine, baptisé Prodomaines.

Il promeut également la plate-forme Keep Alert de Systonic, qui surveille les noms de domaine, les réseaux sociaux, les régies publicitaires (Google Adwords), le plagiat de contenu, etc., afin d'aider les marques à lutter contre des agissements frauduleux (cybersquatting, détournement de trafic et de notoriété...).

envoyer
par mail
imprimer
l'article


@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Vers le million et demi de noms de domaine déposés dans les nouvelles extensions
Louis Pouzin (pionnier d’Internet) : « je n’ai ni smartphone ni tablette » (vidéo)
Axelle Lemaire : « Avec le .vin, l’Icann légalise la contrefaçon »
10 millions de noms de domaine déposés en .CN (Chine)
400 000 noms de domaine enregistrés dans les nouvelles extensions internet
Le .COM se maintient face aux nouvelles extensions
Un million de noms de domaine chinois supplémentaires en novembre
Le registre .eu lance une application sur iPad
Classement des extensions septembre 2013 : le top 30 stable
Un entrepreneur suisse dépose le nom de domaine du "royal baby"
Les noms de domaine déposés en hausse de 9 % en 2013
La Corse obtient, à son tour, son propre nom .corsica sur Internet
L'Alsace décroche son extension de nom de domaine
La Xbox One, une console de salon, sans domicile fixe sur le Web
L’Allemagne n’est plus la deuxième extension mondiale
Paris et la Bretagne auront leur propre nom de domaine, .paris et .bzh
Vers les 110 millions de .com
Accor et Michelin luttent contre le cybersquatting de noms de domaine
Le .cz (République Tchèque) dépasse le million de noms de domaine
Un internaute défie Zlatan Ibrahimovic sur la Toile