En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

La sécurité, affaire d’éducation

laisser un avis
A la question : « Comment traduit-on RSSI en finnois ? », la réponse est… qu’on ne le dit pas. Pourquoi ? Parce que cette fonction n’existe pas en Finlande et que dans l’entreprise, la sécurité « est l’affaire de tous ». C’est quasiment une question d’hygiène. Voilà ce que m’a répondu le PDG de l’éditeur d’anti­virus finlandais F-Secure lorsque je lui ai demandé à rencontrer leur responsable de la sécurité des systèmes d’information (RSSI, en français).
Dire que la sécurité informatique est une question de culture ou d’éducation prendrait donc là tout son sens. A contrario, en France, ces responsables peinent toujours à sensibiliser les utilisateurs aux questions de protection des données. Ils souffrent également du manque d’investissements issus des comités de direction en la matière. Le froid rend-il les gens plus responsables ? Ou est-ce la présence de saunas dans les entreprises qui prédispose à une hygiène numérique ? On se demande, côté français, ce qu’il faudrait faire pour que ce problème devienne aussi l’affaire de tous. Historiquement, si on observe ce qui s’est fait en termes de sécurité routière, on constate que la sanction pécuniaire est parvenue à forcer l’adoption de certains réflexes, comme mettre sa ceinture de sécurité ou son casque de moto. Des actes qui semblent aujourd’hui presque évidents.
Faut-il en faire de même sur internet ? Surfer sans pare-feu : 150 euros d’amendes. Donner son login et son mot de passe parce qu’un courrier électronique vous a demandé de le faire : une nuit en cellule de dégrisement et 500 euros d’amende. Depuis plusieurs décennies, les services de police viennent enseigner à nos chérubins, dès l’école primaire, les règles de sécurité routière à respecter pour circuler à vélo. Les enfants se voient alors délivrer un permis. Ne faudrait-il pas aussi créer un permis de circulation internet, avec une épreuve Facebook, MSN, Gmail et Yahoo dès le collège ? Si cela peut éviter quelques nuits en garde à vue dix ans plus tard, pourquoi pas ?
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
L'État vante l'achat patriotique... mais favorise l'offre étrangère
Les géants d'Internet servent leur gouvernement avant leurs clients
Un chômage en hausse, des PME qui veulent recruter : le paradoxe à la française
New York détrône Palo Alto et séduit les entrepreneurs français
Légiférer sur la neutralité d'Internet pour en finir avec l'utopie numérique
L'intelligence artificielle et le big data aideront à vaincre le Sida
Guerre des clones, proximité numérique et ruptures de stocks
L'objectif de Syntec numérique ? Peser auprès du gouvernement
Crédit d'impôt : le « bol d’air » qui masque l’asphyxie ?
L'achat patriotique, il y a ceux qui en parlent et il y a ceux qui le sapent !
La révolution digitale viendra des entrepreneurs, pas des gouvernements
Place au premier collège de l'innovation en France
Le Brésil veut attirer les start up dans son "Amazon Valley"
Télémédecine : un plan, vite !
Pétitions en ligne très surveillées et rififi à Saint-Pétersbourg
Les entreprises du numérique créent les usages de demain
Faire payer des frais d’inscription aux étudiants de classes préparatoires ?
Big data : vers une société de la transparence ?
42, un nouveau type de mécénat français
Vive la crise !