En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

La seconde supplémentaire a bien endommagé des serveurs

Plusieurs serveurs Linux ont planté le 30 juin, au moment où ils ont essayé de changer l’heure de leurs horloges internes.

laisser un avis
Le 30 juin à minuit, de nombreux serveurs ont planté. Plusieurs serveurs web, des serveurs d’applications Java, des bases de données, tous reposant sur des systèmes Linux, ont cessé de répondre aux requêtes. Le phénomène fut notable chez Mozilla et sur des relais Twitter. Difficile de savoir ce qui s'est exactement passé. Mais on se doute de la cause : l’ajout ce jour-là, à minuit UTC pile, d’une seconde en plus sur toutes les horloges atomiques du monde.
Cette seconde intercalaire est la 25e que l’on rajoute à nos montres depuis 1972, pour compenser quelques retards subtils dans la rotation de la Terre. Contrairement au 29 février des années bissextiles, cette seconde en plus n’est pas prévisible par les ordinateurs. Elle tombe aléatoirement, quand les scientifiques jugent qu’il y a eu suffisamment de tremblements de terre pour que l’heure atomique ne soit plus synchronisée avec l’heure solaire.

Changer d’heure mais pas au même moment

Rapellons qu'il n’y a que les serveurs Unix et Linux qui, depuis les années 90, vérifient tous en même temps l’heure, chaque jour à minuit, en interrogeant un serveur NTP connecté à une horloge atomique.
Le soir du 30 juin, le scénario des pannes simultanées a sans doute été le suivant : tous les serveurs Linux ont découvert en même temps le changement d’heure, mais, en fonction des latences réseau, ils n’ont pas tous modifié leur date système au même moment. De fait, cette différence a pu créer des incohérences et conduire à des dysfonctionnements. Par exemple, des serveurs d’applications ou de bases de données ont dû recevoir des requêtes datées d’une seconde dans le futur, ce qui n’est pas possible.  
Google, en revanche, n'a pas été affecté. Ses ingénieurs avaient pris la précaution de retarder toutes les horloges de leurs serveurs de 0,1 % pendant les 1 000 secondes qui ont précédé l’ajout de la seconde intercalaire. Du coup, tous étaient déjà à l'heure au momment du changement. Hélas, cette méthode imparable ne fait pas office de pratique standard.
Quant aux serveurs qui ont dysfonctionné, il aura fallu les redémarrer manuellement.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
IOC : le nouvel or noir des cyberdéfenseurs
Peut-on sécuriser l’open-source ?
Heartbleed : que faire face à la faille de sécurité qui fait mal au coeur ? (vidéo)
Un second bug de Chrome permet d’écouter les conversations de ses utilisateurs
Trois minutes pour transformer une application Android en malware
Cybersécurité, 2013 a vu une explosion des vols de données à grande échelle
Les objets connectés seront le nouveau paradis des malwares
Etude Juniper et Rand : portrait détaillé du marché noir de la cybercriminalité
Google Glass : leur premier spyware prend des photos toutes les dix secondes
La protection des contenus 2.0 est arrivée
Le monde connecté de demain doit-il être centré sur la personne ou sur les objets ?
Des Anonymous, partis à l’assaut d’une banque, hackent le mauvais site…
La guerre de l’authentification est déclarée
La Snecma aurait été la cible d’une attaque du type point d’eau
Cybersécurité : il n’y a pas que la LPM dans la vie…
Valve ne vous espionne pas, il cherche à évincer les tricheurs
Kickstarter hacké, les données des utilisateurs ont été compromises
Google achète SlickLogin, une start-up qui sécurise les accès au Net par le son
Google achète SlickLogin, une start-up qui sécurise les accès au Net par le son
Sécurité : les attaques par déni de service distribué explosent