En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Free, un alibi trop facile

laisser un avis
Si crise il y a dans la téléphonie mobile, ce serait donc la faute à… Free Mobile. Incriminant l’arrivée tonitruante de leur rival, deux des trois opérateurs histo­riques vont diminuer leurs effectifs de 5 à 10 % et ré­duire drastiquement leurs dépenses. Mais n’est-ce pas un peu facile d’accuser le tru­blion des télécoms ? Free ne devient-il pas le bouc émissaire d’une situation économique rendue difficile pour d’autres raisons ? Le marché de la téléphonie mobile qui fête ses 20 ans, mais vit ces derniers mois de profonds bouleversements : gé­né­ra­li­sa­tion des smartphones, explosion du tra­fic de données, irruption de la voix sur IP et apparition des offres d’abondance (SMS, MMS, voire voix illimités). Free ne servirait-il donc pas d’alibi à une restructuration désormais inévitable sur ce marché mature ?
Les opérateurs traditionnels ont, en effet, déjà fait plusieurs erreurs par le passé. Ils ont, par exemple, sous-estimé l’appétence pour le low cost qui, en temps de crise, a fait ses preuves dans le transport aérien ou l’alimentation. In fine, ces ha­biles tacticiens ne joueraient-ils pas une carte politique, adressant un avertissement au nouveau gouvernement pour éviter un alourdissement des contraintes réglementaires ou financières pesant déjà sur la filière ?
En fait, l’épisode Free devrait davantage faire réfléchir les opérateurs sur la remise à plat de leur modèle économique et de leurs offres. « Si leurs recettes et leurs marges baissent, ils doivent réduire les coûts de fonctionnement, les investissements et les dividendes qui sont les trois paramètres d’ajustement », leur assénait déjà récemment le président de l’Arcep. Au-delà de leurs offres low cost actuelles, faudra-t-il attendre les solutions 4G pour voir surgir des offres innovantes, en moyen ou haut de gam­me ?
Enfin, les opé­rateurs feraient bien d’accélérer leur ré­flexion sur le partage de réseau, au niveau des antennes-­relais, ce qu’a proposé Orange à ses rivaux. Ce serait là une piste efficace pour résou­dre le redoutable effet de ciseau dû à la baisse des marges, sur leurs investissements à venir dans la 4G.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Quand les RH huilent les rouages de la digitalisation de l’entreprise
Applications mobiles versus sites web mobiles : une question de stratégie
Peupler son réseau social d’entreprise est toujours critique
IOC : le nouvel or noir des cyberdéfenseurs
Peut-on sécuriser l’open-source ?
S’adapter aux comportements des consommateurs pour optimiser la transformation digitale
Twitter, un véritable outil d’informations et de veille pour les professionnels
Données d'entreprise et applications grand public : un mélange dangereux
Qu’est-ce que les malwares et les moustiques ont en commun ?
Les datacenters au cœur de la vie mobile
10 idées à Axelle Lemaire pour doper le numérique en France
Joyeux anniversaire IBM France
La double vie des politiques sur Twitter
Arnaud Montebourg a-t-il besoin d’un Secrétaire d’Etat au numérique ?
Objets connectés : future cible des hackers, prochains enjeux de la DSI
Le M-Paiement : une plateforme jugée risquée
Fin du support de XP, quel comportement les entreprises doivent-elles adopter ?
400 000 noms de domaine enregistrés dans les nouvelles extensions internet
Il faut sauver le soldat Pellerin !
L’accès des prestataires au réseau des entreprises rend ces dernières plus vulnérables