En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Cyberdéfense : L'Elysée touché, mais pas (encore) coulé

laisser un avis
D’après une information rapportée au Télégramme, deux attaques informatiques auraient visé l’appareil d’Etat français les 6 et 15 mai derniers. La dernière en date se situerait donc entre le second tour de l’élection présidentielle et la prise de fonction de François Hollande. Toujours selon Le Télégramme, « le personnel de la présidence chargé de nettoyer l’attaque (visiblement sophistiquée) aurait été informé qu’il s’agissait là de préparer la transition à une nouvelle équipe ».

La cyberdéfense française en question

Préoccupation majeure du moment, la défense numérique française n’a pas vraiment bonne presse. Elle est, en tout cas, depuis l’affaire Bercy, jugée insuffisante. Une telle information vient donc mettre un peu d'huile sur le feu et donner du grain moudre à ceux qui en dénoncent les faiblesses. Jean-Marie Bockel, sénateur du Haut-Rhin, en fait partie. Il présentera justement la semaine prochaine au palais du Luxembourg un rapport d’information sur les moyens de cyberdéfense hexagonaux. Pour lui « depuis le Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale de 2008, la France s’est dotée d’une agence et d’une stratégie. [NDLR : l’Agence nationale des systèmes d’information (Anssi)]. Toutefois, beaucoup reste à faire pour renforcer la sensibilisation des administrations, des entreprises et des opérateurs d’importance vitale. »

Un enjeu politique derrière ces révélations ?

A partir d’exemples concrets d’attaques informatiques comme Stuxnet, Jean-Marie Bockel souhaite par son rapport dresser le constat des principales lacunes du dispositif de défense numérique français, et proposer plusieurs pistes d’amélioration. Cela dans l’optique du futur Livre blanc.

Pendant ce temps, sur Twitter, Barbara Louis-Sidney, consultante chez Ceis, s’interroge : « Je suis surprise que ces informations sortent juste avant le rapport et d’apprendre maintenant que l’attaque contre Bercy aurait coûté 1 % du PIB français. ».

envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
IOC : le nouvel or noir des cyberdéfenseurs
Peut-on sécuriser l’open-source ?
Heartbleed : que faire face à la faille de sécurité qui fait mal au coeur ? (vidéo)
Un second bug de Chrome permet d’écouter les conversations de ses utilisateurs
Trois minutes pour transformer une application Android en malware
Cybersécurité, 2013 a vu une explosion des vols de données à grande échelle
Les objets connectés seront le nouveau paradis des malwares
Etude Juniper et Rand : portrait détaillé du marché noir de la cybercriminalité
Google Glass : leur premier spyware prend des photos toutes les dix secondes
La protection des contenus 2.0 est arrivée
Le monde connecté de demain doit-il être centré sur la personne ou sur les objets ?
Des Anonymous, partis à l’assaut d’une banque, hackent le mauvais site…
La guerre de l’authentification est déclarée
La Snecma aurait été la cible d’une attaque du type point d’eau
Cybersécurité : il n’y a pas que la LPM dans la vie…
Valve ne vous espionne pas, il cherche à évincer les tricheurs
Kickstarter hacké, les données des utilisateurs ont été compromises
Google achète SlickLogin, une start-up qui sécurise les accès au Net par le son
Un milliard d’euros pour la cyberdéfense
Orange Business Services rachète la SSII Atheos