En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

L'emploi cadre devrait stagner jusqu'en 2016

Faute de croissance, l’Apec prévoit une stagnation du marché de l’emploi cadre pour les années à venir. Ce qui devrait aggraver le chômage des jeunes diplômés et des seniors.

laisser un avis
Les fortes turbulences de la zone euro, mêlant crises souveraines et crises bancaires, mettront du temps à s’apaiser. Les économies nippone et canadienne ont bien mis dix ans à se relever. Dans ce contexte, et en retenant des hypothèses de croissance très faibles, avec une progression du PIB ne dépassant pas 1 %, le marché de l’emploi cadre devrait stagner « au moins jusqu’en 2016 ».
Selon l’Apec, 176 3000 cadres seraient recrutés cette année contre 181 300 en 2011 (- 7 %). Ensuite, de 2013 à 2016, le volume annuel d’embauches oscillerait entre 177 000 et 179 000. « Ce qui reste un niveau de recrutement élevé », rassure Jean-Marie Marx, son nouveau directeur général. Restée dans tous les esprits comme une année noire, 2009 avait connu un décrochage de 28 %.

Le moral des cadres a baissé de 7 points en un an

agrandir la photo
Cette crispation du marché a, pour corollaire, une aggravation du chômage des jeunes diplômés et des seniors, les recruteurs privilégiant les profils confirmés, mais au salaire abordable. La mobilité se réduit également avec 29 % des cadres interrogés lors du dernier baromètre semestriel(*) envisageant de quitter leur entreprise dans les douze prochains mois. Soit six points de moins qu’il y a un an.
Le moral est également en baisse : 61 % des cadres se déclarent optimistes pour leur avenir professionnel contre 68 % en mai 2011. Ils ne sont pas plus confiants pour leur employeur, puisque 28 % estiment que leur entreprise est en difficulté économique (21 % en 2011) et 31 % seulement en développement (44 %).
Le marché de l’emploi est toutefois à plusieurs vitesses et l’informatique s’en tire plutôt mieux que d’autres fonctions. Directeur des études à l’Apec, Pierre Lamblin maintient les prévisions de 31 000 recrutements en 2012 dans le secteur informatique et télécoms. « La baisse des investissements des entreprises pèse sur l’activité de conseil et de services, mais il trop tôt pour évoquer un fléchissement. »
(*)Tous les six mois, l’Apec interroge un échantillon représentatif de 1 000 cadres du secteur privé.
envoyer
par mail
imprimer
l'article


@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Les recruteurs boudent les réseaux sociaux
Gap recrute sur Facebook
Facebook propose de centraliser les offres d’emploi des PME
Les offres d’emploi cadre reculent dans l’informatique
Salaires cadres : les informaticiens ne sont pas à la fête
Devoteam repasse à l'offensive en rachetant deux sociétés dans le cloud
Salaires cadres : les informaticiens ne sont pas à la fête
Le nouveau Premier ministre indien fait le pari du numérique
Résultats semestriels : SII trouve la croissance à l’international
Mobilité : comment exploiter les files d’attente pour chercher un emploi
Vincent Rouaix (GFI) : « Notre stratégie de proximité porte ses fruits »
Capgemini revoit à la hausse son prévisionnel de recrutement
Une crise qui en cache une autre
L’informatique pourrait créer jusqu’à 110 000 emplois d’ici 2022
Deux "jobs en or" recherchés par les entreprises en 2015
Gfi rachète l'éditeur ITN et finalise l'acquisition d'Airial
Que cache la frénésie de rachats d’Alten ?
Devoteam affiche une activité en recul mais en ligne avec ses prévisions
Moins d’un informaticien sur deux s’estime reconnu par son employeur
Les recrutements de cadres dans l’informatique repartent à la hausse