En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Les quatre opérateurs mobiles réunis à Bercy le 17 juillet

Les opérateurs iront à Bercy pour envisager des mesures préservant l'emploi et l'investissement alors que SFR et Bouygues Télécom suppriment des emplois.

laisser un avis
Arnaud Montebourg, ministre du redressement productif
Comme prévu, les quatre opérateurs mobiles se réunissent à 8h30 mardi 17 juillet chez Arnaud Montebourg, ministre du redressement productif et Fleur Pellerin, ministre déléguée chargée des PME, de l’innovation et de l’économie numérique. Officiellement, il s'agit d’évoquer avec eux les moyens du retour à un modèle de croissance, au bénéfice de l’emploi, tant au sein des opérateurs que chez leurs sous-traitants et fournisseurs. Cette réunion un peu exceptionnelle est motivée par les annonces de suppressions de postes chez SFR et Bouygues Télécoms et par l'irruption tonitruante de Free Mobile qui a provoqué un électrochoc concurrentiel et des baisses de prix chez les trois opérateurs historiques. A priori, Martin Bouygues et Stéphane Richard feront le déplacement, SFR étant représenté par Pierre Trotot, directeur général, Laurent Laganier, directeur de la réglementation et des relations avec les collectivités et Cyril Poidatz, président d'Illiad, représentant Free Mobile.

Un retour des lignes d'assistance téléphonique payantes ?

Fleur Pellerin, ministre déléguée chargée des PME, de l'innovation et de l'économie numérique
Si le contexte de cette réunion promet d'être houleux, compte tenu des reproches adressés notamment par Bouygues Télécom à Orange pour avoir conclu le contrat d'itinérance 2G et 3G avec Free Mobile, cette rencontre évoquera aussi des mesures concrètes. Leur enjeu est de rendre la potion de la "concurrence low cost" moins douloureuse pour les opérateurs en place et leurs sous-traitants. Selon notre confrère Les Echos, les assistances téléphoniques des opérateurs pourraient redevenir payantes sous certaines conditions (présence en France des téléopérateurs) pour facilier la relocalisation de certains centres d'appels. De même, le gouvernement pourrait remettre en cause, la possibilité pour le consommateur engagé avec un opérateur sur 24 mois, de résilier son contrat au bout de 12 mois en ne payant que le quart des sommes restant dûes. Une mesure pourtant appréciée des consommateurs. Faut-il préserver l'emploi tout en satisfaisant, in fine, le lobby des opérateurs historiques ou continuer de défendre le consommateur : tel est le noeud gordien que devront trancher les pouvoirs publics. 
envoyer
par mail
imprimer
l'article


@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Grand Talk : Stéphane Richard en direct du show Hello (vidéo replay)
Mutualisation: l'accord entre SFR et Bouygues secoue le marché des mobiles
Mobile: Orange renouvelle son contrat avec TDF pour héberger ses antennes
Vers la fin du roaming ?
Une fusion entre opérateurs mobiles, scénario non souhaité en haut lieu
Une fusion entre opérateurs mobiles, scénario non souhaité
A.Montebourg: "L'Etat exigera des contreparties à l'octroi de fréquences"
4G: SFR, Orange et Bouygues revendiquent un million d'abonnés chacun
Réseau mobile: ce que Free recherche en sollicitant le duo SFR-Bouygues
Qualité de la 3G : Orange menace à son tour d'attaquer UFC-Que Choisir
Le Quai d’Orsay opte pour la signature électronique Dictao
Bercy lance un appel d’offres pour se doter d’un outil d’e-réputation
L'Elysée victime d'une cyberattaque de grande envergure
Le piratage de Bercy fait partie d'une vaste cyberattaque
Enfin du grand spectacle à Bercy ?
Mozilla Thunderbird installé sur 130 000 postes de l'administration fiscale
Une nouvelle tentative pour faire décoller le téléchargement légal
L'Education nationale sur Twitter et en vidéo sur Dailymotion
Free obtient des fréquences 1800 Mhz pour doper sa couverture mobile