En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Huawei, cheval de Troie ou concurrent ?

Confronté à des mesures de blocages mélangeant protectionnisme et sécuritarisme, le géant chinois Huawei tente d’apaiser les craintes et commence une opération de séduction en Europe.

laisser un avis
Le géant chinois des télécoms Huawei, soupçonné par Washington d'être un cheval de Troie pour une guerre cybernétique, proteste de ses meilleures intentions et déplore l'ostracisme américain alors que les Européens en mal de croissance le courtisent.
Au nom de leur sécurité nationale, les Etats-Unis et l'Australie ont dressé ces dernières années des barrières infranchissables pour Huawei qui a dû renoncer à de juteux appels d'offre.

L'Europe n'a pas ces préventions à son égard

Le Premier ministre britannique David Cameron est apparu la semaine dernière à Londres aux côtés de son fondateur et directeur général, Ren Zhengfei, venu annoncer un investissement de deux milliards de dollars (environ 1,5 milliard d'euros) et le doublement de ses effectifs dans le pays. « L'investissement annoncé par Huawei démontre une nouvelle fois que le Royaume-Uni est ouvert aux entreprises », s'est félicité David Cameron le 11 septembre, soulignant la « relation importante » du pays avec Pékin.

« Le Royaume-Uni est l'un des marchés européens les plus importants où nous ayons investi » et « un centre d'innovation », a souligné Ren Zhengfei, un ancien ingénieur militaire du reste très avare de déclarations et d'apparitions publiques.

Ni M. Cameron ni M. Ren n'ont rappelé que les relations entre Huawei et Londres étaient proches au point que le chinois a débauché en 2011 John Suffolk, alors responsable de la sécurité informatique et numérique au 10 Downing Street, pour prendre en charge la cybersécurité au sein du groupe. Trois jours plus tard, M. Ren était reçu à Bruxelles par le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy. Dans une allusion feutrée aux accusations américaines, le patron chinois a salué « une coopération basée sur la confiance mutuelle » entre Huawei et l'Europe, où ses ventes ont bondi de 27% l'an dernier.

Entre sécurité et protectionnisme

Changement de décor outre-atlantique où un vice-président du groupe, Charles Ding, comparaissait concomitamment devant une commission parlementaire américaine pour se défendre d'être au service du gouvernement chinois dans l'hypothèse d'une guerre cybernétique contre les Occidentaux.
Smartphone Huawei
Smartphone Huawei
Le G660 sous Android
agrandir la photo
« Nos clients à travers le monde ont confiance en Huawei. Nous ne ferions jamais quoi que ce soit qui puisse miner cette confiance », a-t-il dit. « Que ce soit clair : Huawei n'a jamais mis en danger son succès commercial ni l'intégrité des réseaux de ses clients, et ne le fera jamais, au profit d'un tiers, qu'il s'agisse d'un gouvernement ou d'autre chose », a-t-il déclaré. En vain. « J'espérais davantage de transparence, plus de franchise dans certaines réponses », a réagi le président de la commission, Mike Rogers.

Les Etats-Unis reprochent à Huawei - au minimum - des systèmes qu'ils jugent perméables aux intrusions (ses routeurs, des appareils qui permettent de connecter des réseaux à internet, sont très critiqués), et - au pire - ses liens présumés avec les autorités chinoises. Le groupe a ainsi dû renoncer l'an dernier au rachat de l'entreprise américaine 3Leaf Systems et s'est vu écarté de l'appel d'offre pour le futur réseau à très haut débit de l'Australie.

Investissements à long terme

Huawei, qui affirme compter 45 des 50 premiers opérateurs mondiaux parmi ses clients, insiste sur le fait que l'entreprise n'a plus de liens avec l'armée chinoise et est une entreprise commerciale comme une autre, à la recherche de nouveaux marchés.
« Nous avons vraiment une stratégie à long terme en tant qu'investisseur, à la fois en Europe et aux Etats-Unis. Peut-être ne nous sommes-nous pas suffisamment expliqués par le passé », a déclaré à l'AFP Roland Sladek, porte-parole international de Huawei. « Nous sommes heureux des conditions d'investissement au Royaume-Uni et du fait de pouvoir croître en Europe. Nous aimerions bénéficier de conditions semblables partout ailleurs », a-t-il ajouté.

Numéro deux mondial des réseaux télécoms derrière le suédois Ericsson, Huawei fabrique également des téléphones portables. Présent dans plus de 140 pays, il employait plus de 110.000 personnes fin 2010, dont la moitié hors de Chine. Il a réalisé en 2011 un chiffre d'affaire de près de 25 milliards d'euros.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
IOC : le nouvel or noir des cyberdéfenseurs
Peut-on sécuriser l’open-source ?
Heartbleed : que faire face à la faille de sécurité qui fait mal au coeur ? (vidéo)
Un second bug de Chrome permet d’écouter les conversations de ses utilisateurs
Trois minutes pour transformer une application Android en malware
Cybersécurité, 2013 a vu une explosion des vols de données à grande échelle
Les objets connectés seront le nouveau paradis des malwares
Bracelets connectés : comment choisir ? (vidéo)
Etude Juniper et Rand : portrait détaillé du marché noir de la cybercriminalité
Google Glass : leur premier spyware prend des photos toutes les dix secondes
La protection des contenus 2.0 est arrivée
Le monde connecté de demain doit-il être centré sur la personne ou sur les objets ?
Des Anonymous, partis à l’assaut d’une banque, hackent le mauvais site…
[MWC 2014] bracelets et porte-clefs : la folie des objets connectés
Grand Talk : en direct du MWC de Barcelone
La guerre de l’authentification est déclarée
La Snecma aurait été la cible d’une attaque du type point d’eau
Cybersécurité : il n’y a pas que la LPM dans la vie…
Valve ne vous espionne pas, il cherche à évincer les tricheurs
Kickstarter hacké, les données des utilisateurs ont été compromises