En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Pour le made in France numérique

laisser un avis
Le lancement du réseau social interne du Cigref a provoqué une levée de boucliers des éditeurs français du collabo­ratif. D’abord sur Twitter, puis sous la forme d’une lettre ouverte. Ce qu’ils demandent ? Que le patriotisme économique s’applique, comme le réclame Arnaud Montebourg de manière insistante. Le club des grandes entreprises françaises a en effet eu la « mauvaise » idée de choisir un éditeur américain, Broadvision, au lieu d’une des nombreuses solutions françaises du domaine : Bluekiwi, Jalios, Jamespot, Seemy, Yoolink et j’en passe, car la liste est longue.
S’il y a un reproche qu’on ne peut pas faire à ce secteur dans l’Hexagone, c’est de manquer d’initiatives et d’idées. Les entreprises y sont nombreuses et innovantes, mais vivent à l’ombre à la fois des éditeurs américains historiques comme Microsoft et des nouveaux venus comme Jive. Cela explique sans doute les reproches adressés au Cigref. Soyons honnête, une bonne partie de ces grandes entreprises utilise une, voire plusieurs, des plates-formes françaises. Mais elles le font, la plupart du temps, à l’échelle d’un département. Et ce sont souvent les utilisateurs plus que la DSI qui poussent ces solutions.
Faire partie des so­lutions référencées par les services achats n’est pas simple face aux grands du domaine. La France ne manque pas de start up, mais de géants capables de faire le poids à l’international. Ouvrir la porte des grandes entreprises aux innovateurs français aiderait peut-être à construire le futur Dassault Systèmes du web, tout en proposant des solutions taillées pour les grands comptes. Tout le monde ­aurait beaucoup à gagner s’il existait une filière numérique française importante. Et il ne manque pas grand-chose pour qu’elle émerge. Un petit coup de pouce aux PME innovantes serait bienvenu. Dans le contexte actuel, le choix du Cigref fait définitivement figure de symbole malheureux.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Quand les RH huilent les rouages de la digitalisation de l’entreprise
Applications mobiles versus sites web mobiles : une question de stratégie
Peupler son réseau social d’entreprise est toujours critique
IOC : le nouvel or noir des cyberdéfenseurs
Peut-on sécuriser l’open-source ?
S’adapter aux comportements des consommateurs pour optimiser la transformation digitale
Twitter, un véritable outil d’informations et de veille pour les professionnels
Données d'entreprise et applications grand public : un mélange dangereux
Qu’est-ce que les malwares et les moustiques ont en commun ?
Les datacenters au cœur de la vie mobile
10 idées à Axelle Lemaire pour doper le numérique en France
Joyeux anniversaire IBM France
La double vie des politiques sur Twitter
Arnaud Montebourg a-t-il besoin d’un Secrétaire d’Etat au numérique ?
Objets connectés : future cible des hackers, prochains enjeux de la DSI
Le M-Paiement : une plateforme jugée risquée
Fin du support de XP, quel comportement les entreprises doivent-elles adopter ?
400 000 noms de domaine enregistrés dans les nouvelles extensions internet
Il faut sauver le soldat Pellerin !
L’accès des prestataires au réseau des entreprises rend ces dernières plus vulnérables