En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Le big data devrait créer 4,4 millions d’emplois d'ici à 2015

Selon le cabinet Gartner, le big data devrait générer la création de plus de 4 millions d’emplois dans le monde d’ici à 2015. Les profils spécialisés sont déjà difficiles à trouver.

laisser un avis
Près de 4 millions et demi d’emplois générés par le secteur du big data dans le monde d’ici à 2015. L’estimation du cabinet Gartner dévoilée lors du symposium/ITxpo d’Orlando n’a pas manqué de susciter l’intérêt des dirigeants IT. La France bénéficiera-t-elle de cet engouement ? « On n’en est encore qu’au commencement et nous sommes sans doute moins avancés que les pays anglo-saxons dans ce domaine, mais oui, c’est certain », confirme Ariane Sioufi, directrice académique de SAS. Pour l’instant, ces nouveaux profils sont surtout recherchés par les fournisseurs et les sociétés prestataires. « Les entreprises clientes prennent toutefois conscience de l’enjeu stratégique que représentent les big data, notamment celles des secteurs énergie, télécoms ou commerce de détail. Elles ne vont pas tarder à chasser ces candidats », pronostique Lubomira Rochet, directrice générale de Valtech France.
agrandir la photo

Des profils variés

Plusieurs profils devraient profiter de cette vague. A commencer par les développeurs Java, les architectes ou les administrateurs systèmes, a fortiori lorsqu’ils sont déjà familiarisés avec l’environnement big data. « Ces profils sont durs à trouver, car il n’y pas de formation spécialisée. Heureusement certains s’autoforment en intégrant des communautés open source », indique Damien Clochard, directeur des opérations de la société Dalibo, spécialiste des bases de données PostgreSQL. Le rôle des analystes d’affaires devrait également être renforcé. « Il y aura enfin de gros besoins en analystes des données, les fameux data scientists, explique Reda Gomery, directeur du consulting BI chez Keyrus. Ce sont généralement des personnes issues de formations statistiques qui ont évolué dans de grandes entreprises, sont habituées à manipuler des données et connaissent bien les techniques de datamining et les outils de visualisation. » Là encore, les profils sont rares, les écoles ne proposant pas encore de formations spécialisées. Résultat : les entreprises n’hésitent pas à leur proposer des salaires mirobolants pour les attirer (de 100 000 à 500 000 euros bruts annuels dans le secteur du e-commerce). On comprend mieux pourquoi la Harvard Business Review le qualifie de métier le plus sexy du XXIe siècle.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Comment rater son projet big data en 12 leçons
Le big data est difficilement soluble dans les organisations traditionnelles
Hadoop est en passe de détrôner le datawarehouse traditionnel
Deloitte dévoile les dix tendances technologiques 2014
IBM se sert du big data pour lutter contre la fraude
Le big data fait un tabac au concours mondial de l’innovation
Spécialiste du big data, Cloudera lève 160 millions de dollars
Les objets connectés, cheval de Troie du big data ?
Big data, sécurité et mobile : le tiercé gagnant du CeBIT 2014
Axa et Withings lancent un appel à projets pour les startups des objets connectés
A côté de la DSI, le marketing mérite sa propre plateforme digitale
Les grands distributeurs, ces précurseurs du big data
Big Data ou comment la technologie se met au service des métiers
Les salaires des spécialistes du big data s’envolent
01 Replay : Les nouveaux enjeux du big data
Municipales : NKM veut faire de Paris la capitale de l'open et du big data
IBM met le big data au service des RH
L'Inria dévoile ses projets d'interfaces homme-machine
Bull table sur le cloud et le big data pour améliorer sa rentabilité
Alcatel-Lucent : le plan social touche la R&D et les fonctions support