En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Vers la fin de la pensée binaire

Au lieu de prédire que l'e-mail est fini ou, à l'inverse, que les réseaux sociaux sont morts, mieux vaudrait conjuguer les deux et sortir du mode binaire qui freine toute adaptation.

laisser un avis
agrandir la photo
Pas un jour ne se passe sans qu'on nous annonce la mort d'une technologie et son remplacement par une autre. Et il en va de même pour les modes de travail, les structures organisationnelles…

Halte à l’inflation des « machin est mort »

Aujourd’hui, tout s'accélère. Les données économiques et sociologiques varient à une vitesse qui nécessite une capacité d'adaptation de plus en plus importante et qui met nos organisations à genoux. Dans ce contexte, il est évident qu'un certain nombre de choses que l'on croyait sinon acquises, tout au moins stables à moyen terme, vont être largement remises en cause.
On connaît les problèmes et à défaut de les avoir forcément compris, on a déjà une idée de leur solution. Et plus le temps passe, plus le décalage entre l'existant et le souhaitable devient évident, plus le besoin de changement devient lui aussi évident, plus le sentiment d'urgence pousse à la radicalisation, si ce n'est des actions, tout au moins des paroles.
C'est ainsi que l'on voit fleurir les déclarations lapidaires du type « machin est mort » ou « machin est le nouveau truc ». Remplacez machin et truc par e-mail, réseaux sociaux, hiérarchie, influence… et vous aurez un panorama assez exhaustif de ce qui se dit dans les milieux influents. A tel point qu'on peut se demander pourquoi un petit malin n'a pas encore proposé un générateur automatique de tweets sur ce modèle.
Il est facile de comprendre le pourquoi de ces déclarations lapidaires, qui sont souvent relativisées par le discours qu'elles précèdent…pour peu que l'audience prenne la peine d'aller au-delà du titre, ce qui n’est pas certain. Nous sommes submergés d'informations, et l'urgence marque nos esprits… et tant que Twitter sera limité à 140 caractères, il en ira ainsi.

La pensée binaire freine notre capacité d’adaptation

Par contre, ironie du sort, cela montre que dans notre volonté de susciter un changement nécessaire, nous restons prisonniers d'un carcan qui est une des raisons majeures pour lesquelles l'entreprise peine à s'adapter.
Dans un système de pensée binaire, le monde est noir ou gris. L'interrupteur est sur 0 ou sur 1. Une pratique ou une technologie est soit morte soit portée aux nues. Est-ce vraiment le mode de pensée qui nous permettra de construire l'avenir ?
Quelques exemples :
- e-mail ou réseau social ? On voit bien qu'au lieu de mourir, les deux semblent converger vers des plates-formes nouvelles
- hiérarchie ou réseau ? L'un est une manière de résoudre de problèmes, l'autre de définir les responsabilités et l'association des deux permet de prendre de meilleures décisions, plus informées. On parle souvent de Wirearchy.
- formation traditionnelle ou social learning ? Et, si la première n'était pas ce qui nous prépare à apprendre efficacement du second ?
Cette liste pourrait se poursuivre à l'envi. Elle nous démontre surtout une chose : s'il est un logiciel que nous devons changer, c'est notre propre logiciel interne qui ne raisonne qu'en termes de OU et ignore le ET.

Utiliser conjointement les deux solutions

Car la pensée binaire présente un triple inconvénient dommageable :
- en excluant plutôt qu'en articulant elle empêche paradoxalement les réponses créatives et innovantes qui sont souvent le fruit de l'utilisation conjointe de deux choses connues.
- dans un environnement complexe où « la » bonne réponse n'existe pas en tant que telle mais est le fruit de la combinaison de plusieurs solutions, elle oblige à choisir entre deux options dont aucune ne répond totalement aux enjeux. Il serait préférable de les associer… Pourquoi abandonner quelque chose qui ne répond que partiellement à un besoin si l'alternative nouvelle est tout aussi partielle tout en y ajoutant une part d'inconnu toujours anxiogène ?
- l'entreprise et les individus qui la composent sont très inconfortables avec l'idée du passage brut d'un état connu à un autre radicalement nouveau, en faisant d'un seul coup table rase de l'existant. Alors que construire le changement sur la partie toujours pertinente de l'existant facilite les choses.
Alors au lieu de détruire et reconstruire, cherchons plutôt à être constructif et à enrichir.

Bertrand Duperrin

Directeur chez Nextmodernity, Bertrand Duperrin accompagne les entreprises dans leur stratégie de transformation et dans la mise en œuvre de nouveaux modes de collaboration et de création de valeur. Il tient également un blog, et on peut le retrouver sur Twitter.

envoyer
par mail
imprimer
l'article


@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
La face cachée du manager dans la transformation digitale
Sur l'intranet, la révolution a besoin des dirigeants
Comment former à l'entreprise digitale
Vis ma vie de consultant AMOA pour les projets collaboratifs
Où sont le management et l'engagement dans la transformation digitale ?
Entreprise 2.0, un nouveau cycle ?
Le problème n'est pas l'email mais le client mail
10 bonnes résolutions pour doper la participation sur votre réseau social en 2014
Social Business et exception culturelle française
Les managers intermédiaires, les boucs émissaires du non-changement
Le réseau social est le futur de l'intranet. Pour le meilleur ou pour le pire ?
Transformation digitale : relancer la guerre des classes ?
Les 3 cruautés des réseaux sociaux d’entreprise
Transformation digitale : revenir au Moyen-Age ?
Transformation digitale : d'autres murs à faire tomber
Transformation digitale : le lièvre et la tortue
Pourquoi vos outils collaboratifs ne génèrent aucun gain de productivité
L'incidence des groupes ouverts ou fermés sur la dynamique collaborative
Les entreprises tuent-elles la culture digitale ?