En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Entre prudence et curiosité

laisser un avis
« Pourquoi prendrais-je une Porsche dernier cri quand ma Golf fonctionne très bien ? » La métaphore vient d’un client SAP intervenant au Sapphire, la grand-messe du géant des applications. Elle résume en partie l’état d’esprit des utilisateurs de l’ERP allemand lorsque l’éditeur les prépare à sa prochaine rupture technologique : échanger leurs bases de don­nées de production pour une structure en mémoire autrement plus rapide, en l’occurrence sa brique Hana. Si celle-ci les sé­duit in­con­testablement pour le décisionnel (plusieurs centaines l’ont déjà mise en pro­duction), ils sont plutôt circonspects dès qu’il s’agit de modifier le socle de leurs applications traditionnelles SAP.Certes, ils restent curieux, intéressés même. Et comment ne pas l’être quand l’éditeur leur promet de décupler leurs performances dans des domaines aussi variés que la gestion de la chaîne logistique, la relation client ou la consolidation financière. Seulement voilà, la vitesse seule ne suffit pas. Les clients en veulent plus. Cette nouvelle puissance de calcul insufflée par la technologie SAP doit générer de nouveaux processus opérationnels, ou du moins induire une rénovation drastique de ceux déjà en place.
Le problème : ces nouveaux pro­cessus restent encore à trouver. Et ce ne sont pas les équipes de SAP spécifiquement chargées de sillonner les entreprises à la recherche de ces processus qui di­ront le contraire… L’autre obstacle à une adoption rapide de cette technique touche un point plus philosophique : la peur de l’inconnu. Plusieurs DSI présents lors de la conférence le disent à demi-mot : ils préfèrent attendre que cer­tains de leurs confrères essuient les plâtres avant de se jeter dans l’aventure. Pas question de prendre le moindre risque d’inter­rup­tion de service.
C’est donc un pari sur l’avenir que fait SAP. S’il réussit, il fera coup double : d’une part, moderniser en profondeur les systèmes transactionnels de ses clients ; d’autre part, couper Oracle des revenus récurrents que lui procure sa base de données.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
L'État vante l'achat patriotique... mais favorise l'offre étrangère
Les géants d'Internet servent leur gouvernement avant leurs clients
Un chômage en hausse, des PME qui veulent recruter : le paradoxe à la française
New York détrône Palo Alto et séduit les entrepreneurs français
Légiférer sur la neutralité d'Internet pour en finir avec l'utopie numérique
L'intelligence artificielle et le big data aideront à vaincre le Sida
Guerre des clones, proximité numérique et ruptures de stocks
L'objectif de Syntec numérique ? Peser auprès du gouvernement
Crédit d'impôt : le « bol d’air » qui masque l’asphyxie ?
L'achat patriotique, il y a ceux qui en parlent et il y a ceux qui le sapent !
La révolution digitale viendra des entrepreneurs, pas des gouvernements
Place au premier collège de l'innovation en France
Le Brésil veut attirer les start up dans son "Amazon Valley"
Télémédecine : un plan, vite !
Pétitions en ligne très surveillées et rififi à Saint-Pétersbourg
Les entreprises du numérique créent les usages de demain
Faire payer des frais d’inscription aux étudiants de classes préparatoires ?
Big data : vers une société de la transparence ?
42, un nouveau type de mécénat français
Vive la crise !