En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Les leurres du nuage privé

laisser un avis
Attention, l’heure est au cloud intermédiaire ! Après l’infogérance d’hier et avant l’ouverture des grands nuages souverains de demain tels que Numergy ou Cloudwatt, les intégrateurs occupent le terrain en vendant du cloud qu’ils qualifient de privé, par opposition aux clouds publics d’Amazon, Microsoft et consort. Leurs clouds privés, jurent-ils, fonctionnent sur le même principe que leurs cousins publics. L’entreprise loue des serveurs virtuels à un prix cassé, les utilise au travers d’une connexion internet, et le prestataire les multiplie automatiquement en cas de surplus d’activité commerciale à absorber.
L’intérêt du privé se situe en fait au niveau de l’accompagnement du client. L’intégrateur le rencontre et lui propose des services exclusifs à la carte. Il lui vend en option la possibilité de faire des sauvegardes, de regarder sous le capot, d’analyser pour lui les failles ou les dysfonctionnements éventuels, de séparer physiquement les don­nées pour éviter que les virus ne se propagent et, surtout, de prendre en charge pour lui la maintenance.
Les intégrateurs le promettent : toutes ces options exclusives du cloud privé sont la solution idéale pour remettre l’activité IT en route en cas de désastre. Par contre, rien de tout cela chez Amazon EC2 ou Microsoft Azure. Avec eux, un client ne peut guère que louer des serveurs virtuels depuis un site web et s’en servir. Et si un problème se pose, tant pis pour lui.
Mais, finalement, n’est-ce pas mieux ainsi ? Les pannes et la maintenance des ressources en cloud privé sont en effet du ressort du prestataire qui commercialise ce nuage. Pourquoi le client paierait-­il pour qu’on res­taure ses données quand on les lui perd ? Amazon a bien connu des pannes. Mais il les a réparées et n’a présenté que des excuses, pas des factures. En fait, si les entreprises n’ont pas sauté directement de l’infogérance au cloud public, c’est uniquement parce qu’elles ne maîtrisent pas encore le sujet. Pas sûr qu’elles voudront encore des clouds privés quand elles auront compris comment ça fonctionne.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Monsieur Hollande, il est temps de marquer votre empreinte numérique
Le big data et la sécurité : plus de données... plus de problèmes
Les drones, le nouveau cauchemar des départements informatiques ?
Sécurité : Les faux titres sont d’excellents pièges pour attirer les accros à l’actualité
Quel est votre vecteur d’attaque préféré : PDF, Word ou ZIP ?
Les opérateurs français sont-ils prêts à accueillir Netflix ?
Attaques DNS : Connaître son ennemi
Cloud hybride, gare à la récupération !
Pourquoi les constructeurs s'intéressent aux données des voitures connectées ?
Les banques doivent dépasser la seule présence institutionnelle sur les réseaux sociaux
Quelles techniques pour choisir de nouveaux mots de passe ?
Le Responsive Design est mauvais pour le SEO
Big Data, radioscopie d’un nouveau gisement d’opportunités pour la grande distribution
Mobilité : comment exploiter les files d’attente pour chercher un emploi
Le DAF numérique : 4 leviers clés pour passer du mythe à la réalité !
Les 3 choses à savoir sur la géolocalisation « in store »
Pas d’omnicanal, sans une digitalisation des points de vente
Le G20 des Entrepreneurs de Sydney comme si vous y étiez (4/4)
Quand le big data s’invite pendant vos vacances
Le G20 des Entrepreneurs de Sydney comme si vous y étiez (3/4)