En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Levée de boucliers contre le prêt accordé à l’offshore marocain

Les 100 millions d'euros débloqués par le gouvernement français pour développer les activités offshore à Casablanca suscitent de vives réactions politiques. Entres pétitions et lettres ouvertes.

laisser un avis
Le prêt de 100 millions d'euros octroyé par le gouvernement français au Maroc afin de développer les activités offshore (pour les technologies de l'information et les centres d’appels) du royaume ne passe décidément pas. Le ministère du Commerce extérieur a pourtant tenté de rectifier le tir en rappelant, dans Le Parisien, qu’il ne s’agit pas d’un prêt destiné directement aux outsourceurs mais à un aménageur qui dépend de la Caisse des dépôts marocaine.
L’objectif, poursuit le ministère, est « d'aider au développement économique du Maroc, notamment par la réalisation de plates-formes industrielles, de technopôles ou d'agropôles ». La technopole concernée par le prêt, Casanearshore, abritant des spécialistes de l’offshore (Steria, GFI, Logica...) dédiés principalement au marché français, le démenti n’aura pas suffi à calmer les esprits.

« Subvention à la délocalisation »

Profitant du déplacement de François Hollande en Algérie, l’opposition s’en est donnée à cœur joie. Pour Laurent Wauquiez (UMP), il s’agit clairement d’une « subvention à la délocalisation ». C’est « une nouvelle provocation inacceptable pour les salariés et les demandeurs d'emploi dans les secteurs de l'informatique et des centres d'appels », a affirmé l'ancien secrétaire d'Etat chargé de l'emploi à l'AFP.
Pour sa part, le vice-président du Front national, Florian Philippot, a annoncé le lancement d'une pétition de son parti « contre cette mesure » et « pour la mise en place d'une politique de relocalisation ». « M. Hollande voit l'espace algérien et le Maghreb comme un espace de délocalisation pour les industries et les services français », a affirmé, jeudi, le responsable frontiste sur BFMTV. Une autre pétition circule sur Avaaz.org, plate-forme citoyenne.

Les « 100 patates »

Rédacteur en chef du magazine En-Contact et expert de la relation client, Manuel Jacquinet s’est, lui, fendu d’une lettre ouverte aux ministres Laurent Fabius et Pierre Moscovici, représentés au conseil d’administration de l’Agence française de développement (AFD), à l’origine du prêt. Le titre de la lettre donne le ton : « 100 “patates” prêtées par le gouvernement français pour installer des centres d’appels 
ou de BPO à Casablanca, était-ce indispensable, regrettable ou… inimaginable, M. Ayrault ? »
De son côté, le Munci, qui a révélé l’affaire en début de semaine estime, sur son site, que « ce nouvel épisode rocambolesque des rapports ambigus entre le pouvoir et l’offshore » montre que « les délocalisations de services ne sont toujours pas prises avec la même gravité que les délocalisations industrielles par les pouvoirs publics ».
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Polémique DSI : Etes-vous prêt à externaliser le développement de vos applications au Maroc ?
Levée de boucliers contre le prêt accordé à l’offshore marocain
La crise ukrainienne rebat les cartes du nearshore européen
Les trois dimensions d’un projet offshore
Offshore : Infosys s'attend à une croissance plus faible que prévu
Le panorama de l’offshore informatique en France
Le plan social d’Airbus menace l'emploi dans les SSII toulousaines
Capgemini renoue avec la croissance tout en renforçant ses effectifs offshore
Les 19 chefs de projet du numérique sélectionnés par Arnaud Montebourg
Les ministères priés par Matignon d'ouvrir leurs données publiques
Le Gouvernement vigilant sur la politique offshore des sous-traitants de la SNCF
Une SSII offshore offre trois mois de prestation à ses clients
Fleur Pellerin : « les mesures du Gouvernement vont produire leurs effets dès cette année »
La Tunisie lance le programme Smart Tunisia et joue la carte de la colocalisation
Taxe sur les appareils connectés: le gouvernement hésite
Le retour du made in France va-t-il séduire les DSI ?
Les salariés actionnaires d’Orange poussent au rachat de Maroc Telecom
IBM va ouvrir un 2ème centre de services offshore en Pologne
Kobo Glo, la liseuse canado-japonaise est française… pour Pierre Lescure
Des privatisations partielles pour financer le plan "Très haut débit"