En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Le numérique rend schizophrène

laisser un avis
Laure de la Raudière, députée UMP d’Eure-et-Loir, a récemment qualifié de « schizophrénique » l’attitude du gouvernement en matière de politique d’aménagement numérique du territoire. Au-delà de toute conviction politique, elle n’a pas tort. Les socialistes, qui avaient pourtant voté pour la propo­sition de loi des sénateurs Maurey et Leroy avant la présidentielle, s’y sont opposés lors du vote à l’Assemblée fin novembre. Présente à l’Hémicycle le jour du vote, Fleur Pellerin, ministre déléguée aux PME, à l’Innovation et à l’Economie numérique, explique qu’en moins d’un an la situation a changé. La majorité poli­ti­que a changé, certes. Pas le problème des inégalités territoriales en matière de haut et très haut débit. Autre manifestation de cette totale incohérence : début décembre, la ministre s’est réjouie de l’adoption du brevet unique européen. Pourtant, il y a également quelques mois, elle s’était déclarée contre.
Pourquoi, sur ces questions, Fleur Pellerin souffle-t-elle le chaud et le froid à quel­ques mois d’intervalle ? Est-ce par manque de compréhension des pro­blématiques et des enjeux du numérique ? Cela expliquerait son incapacité à se positionner clairement, voire à se faire mener par le bout du nez par des lobbies. A en croire cer­tains dirigeants, Fleur Pel­lerin cernerait pourtant très bien ces dossiers. La ministre ferait-elle, donc, de la politique politicienne ? Fort probable. Au final, c’est certainement un subtil mé­lange des deux. Mais dans un cas com­me dans l’autre, comment insuffler un politique industrielle numérique forte au service du développement de l’écono­mie et de la société fran­çaise, si le cap ou les convictions changent tous les six mois ? Madame Pelle­rin a été à bonne école. Souvenez-­vous, Arnaud Montebourg se réjouissait de l’arrivée de Free Mobile en janvier 2012. Moins d’un an après, il insinuait que le nouvel opérateur n’était pas étranger à la difficile situation économique des opérateurs historiques. Il paraît qu’il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis
 
envoyer
par mail
imprimer
l'article


@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Vers la reconnaissance juridique du vol de données
3 millions de noms de domaine déposés dans les NewgTLDs en un an
La France bientôt championne mondiale du numérique ?
Le futur de la carte à puce se joue sans cartes
Attention aux faux amis sur les réseaux sociaux !
L’informatique de demain sera hybride ou ne sera pas !
Pas de droit à l’oubli, mais bientôt une obligation d’oublier pour les entreprises
La mobilité pousse les DSI à se réinventer
Produire en France ne coûte pas plus cher avec une bonne gestion
Transformation digitale : d'autres murs à faire tomber
Améliorer la productivité en entreprise grâce à la recherche prédictive
2014 : l’année qui aura vu les COMEX se mobiliser pour leur cybersécurité ?
10 tendances du marché de l’information géographique pour 2015
L’open source modernise en profondeur le SI de l'Etat
De la difficulté à mesurer l’engagement et la mobilisation de ses clients
Menacées par les géants du web, les banques doivent s’engager pleinement dans le digital
France Connect, un accès universel aux administrations en ligne
Transformation digitale : le lièvre et la tortue
Vite, un Grenelle du numérique
Guerre contre les cyber-escrocs qui envahissent la publicité en ligne