En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Le numérique rend schizophrène

laisser un avis
Laure de la Raudière, députée UMP d’Eure-et-Loir, a récemment qualifié de « schizophrénique » l’attitude du gouvernement en matière de politique d’aménagement numérique du territoire. Au-delà de toute conviction politique, elle n’a pas tort. Les socialistes, qui avaient pourtant voté pour la propo­sition de loi des sénateurs Maurey et Leroy avant la présidentielle, s’y sont opposés lors du vote à l’Assemblée fin novembre. Présente à l’Hémicycle le jour du vote, Fleur Pellerin, ministre déléguée aux PME, à l’Innovation et à l’Economie numérique, explique qu’en moins d’un an la situation a changé. La majorité poli­ti­que a changé, certes. Pas le problème des inégalités territoriales en matière de haut et très haut débit. Autre manifestation de cette totale incohérence : début décembre, la ministre s’est réjouie de l’adoption du brevet unique européen. Pourtant, il y a également quelques mois, elle s’était déclarée contre.
Pourquoi, sur ces questions, Fleur Pellerin souffle-t-elle le chaud et le froid à quel­ques mois d’intervalle ? Est-ce par manque de compréhension des pro­blématiques et des enjeux du numérique ? Cela expliquerait son incapacité à se positionner clairement, voire à se faire mener par le bout du nez par des lobbies. A en croire cer­tains dirigeants, Fleur Pel­lerin cernerait pourtant très bien ces dossiers. La ministre ferait-elle, donc, de la politique politicienne ? Fort probable. Au final, c’est certainement un subtil mé­lange des deux. Mais dans un cas com­me dans l’autre, comment insuffler un politique industrielle numérique forte au service du développement de l’écono­mie et de la société fran­çaise, si le cap ou les convictions changent tous les six mois ? Madame Pelle­rin a été à bonne école. Souvenez-­vous, Arnaud Montebourg se réjouissait de l’arrivée de Free Mobile en janvier 2012. Moins d’un an après, il insinuait que le nouvel opérateur n’était pas étranger à la difficile situation économique des opérateurs historiques. Il paraît qu’il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis
 
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Quel est votre vecteur d’attaque préféré : PDF, Word ou ZIP ?
Les opérateurs français sont-ils prêts à accueillir Netflix ?
Attaques DNS : Connaître son ennemi
Cloud hybride, gare à la récupération !
Pourquoi les constructeurs s'intéressent aux données des voitures connectées ?
Les banques doivent dépasser la seule présence institutionnelle sur les réseaux sociaux
Quelles techniques pour choisir de nouveaux mots de passe ?
Le Responsive Design est mauvais pour le SEO
Big Data, radioscopie d’un nouveau gisement d’opportunités pour la grande distribution
Mobilité : comment exploiter les files d’attente pour chercher un emploi
Le DAF numérique : 4 leviers clés pour passer du mythe à la réalité !
Les 3 choses à savoir sur la géolocalisation « in store »
Pas d’omnicanal, sans une digitalisation des points de vente
Le G20 des Entrepreneurs de Sydney comme si vous y étiez (4/4)
Quand le big data s’invite pendant vos vacances
Le G20 des Entrepreneurs de Sydney comme si vous y étiez (3/4)
Le G20 des Entrepreneurs de Sydney comme si vous y étiez (2/4)
Transformation digitale : Du verre à moitié vide au verre à moitié plein
Le G20 des Entrepreneurs de Sydney comme si vous y étiez (1/4)
Contrefaçon d’articles : la victoire de David contre Goliath