En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Le numérique rend schizophrène

laisser un avis
Laure de la Raudière, députée UMP d’Eure-et-Loir, a récemment qualifié de « schizophrénique » l’attitude du gouvernement en matière de politique d’aménagement numérique du territoire. Au-delà de toute conviction politique, elle n’a pas tort. Les socialistes, qui avaient pourtant voté pour la propo­sition de loi des sénateurs Maurey et Leroy avant la présidentielle, s’y sont opposés lors du vote à l’Assemblée fin novembre. Présente à l’Hémicycle le jour du vote, Fleur Pellerin, ministre déléguée aux PME, à l’Innovation et à l’Economie numérique, explique qu’en moins d’un an la situation a changé. La majorité poli­ti­que a changé, certes. Pas le problème des inégalités territoriales en matière de haut et très haut débit. Autre manifestation de cette totale incohérence : début décembre, la ministre s’est réjouie de l’adoption du brevet unique européen. Pourtant, il y a également quelques mois, elle s’était déclarée contre.
Pourquoi, sur ces questions, Fleur Pellerin souffle-t-elle le chaud et le froid à quel­ques mois d’intervalle ? Est-ce par manque de compréhension des pro­blématiques et des enjeux du numérique ? Cela expliquerait son incapacité à se positionner clairement, voire à se faire mener par le bout du nez par des lobbies. A en croire cer­tains dirigeants, Fleur Pel­lerin cernerait pourtant très bien ces dossiers. La ministre ferait-elle, donc, de la politique politicienne ? Fort probable. Au final, c’est certainement un subtil mé­lange des deux. Mais dans un cas com­me dans l’autre, comment insuffler un politique industrielle numérique forte au service du développement de l’écono­mie et de la société fran­çaise, si le cap ou les convictions changent tous les six mois ? Madame Pelle­rin a été à bonne école. Souvenez-­vous, Arnaud Montebourg se réjouissait de l’arrivée de Free Mobile en janvier 2012. Moins d’un an après, il insinuait que le nouvel opérateur n’était pas étranger à la difficile situation économique des opérateurs historiques. Il paraît qu’il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis
 
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
L'État vante l'achat patriotique... mais favorise l'offre étrangère
Les géants d'Internet servent leur gouvernement avant leurs clients
Un chômage en hausse, des PME qui veulent recruter : le paradoxe à la française
New York détrône Palo Alto et séduit les entrepreneurs français
Légiférer sur la neutralité d'Internet pour en finir avec l'utopie numérique
L'intelligence artificielle et le big data aideront à vaincre le Sida
Guerre des clones, proximité numérique et ruptures de stocks
L'objectif de Syntec numérique ? Peser auprès du gouvernement
Crédit d'impôt : le « bol d’air » qui masque l’asphyxie ?
L'achat patriotique, il y a ceux qui en parlent et il y a ceux qui le sapent !
La révolution digitale viendra des entrepreneurs, pas des gouvernements
Place au premier collège de l'innovation en France
Le Brésil veut attirer les start up dans son "Amazon Valley"
Télémédecine : un plan, vite !
Pétitions en ligne très surveillées et rififi à Saint-Pétersbourg
Les entreprises du numérique créent les usages de demain
Faire payer des frais d’inscription aux étudiants de classes préparatoires ?
Big data : vers une société de la transparence ?
42, un nouveau type de mécénat français
Vive la crise !