En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Le numérique rend schizophrène

laisser un avis
Laure de la Raudière, députée UMP d’Eure-et-Loir, a récemment qualifié de « schizophrénique » l’attitude du gouvernement en matière de politique d’aménagement numérique du territoire. Au-delà de toute conviction politique, elle n’a pas tort. Les socialistes, qui avaient pourtant voté pour la propo­sition de loi des sénateurs Maurey et Leroy avant la présidentielle, s’y sont opposés lors du vote à l’Assemblée fin novembre. Présente à l’Hémicycle le jour du vote, Fleur Pellerin, ministre déléguée aux PME, à l’Innovation et à l’Economie numérique, explique qu’en moins d’un an la situation a changé. La majorité poli­ti­que a changé, certes. Pas le problème des inégalités territoriales en matière de haut et très haut débit. Autre manifestation de cette totale incohérence : début décembre, la ministre s’est réjouie de l’adoption du brevet unique européen. Pourtant, il y a également quelques mois, elle s’était déclarée contre.
Pourquoi, sur ces questions, Fleur Pellerin souffle-t-elle le chaud et le froid à quel­ques mois d’intervalle ? Est-ce par manque de compréhension des pro­blématiques et des enjeux du numérique ? Cela expliquerait son incapacité à se positionner clairement, voire à se faire mener par le bout du nez par des lobbies. A en croire cer­tains dirigeants, Fleur Pel­lerin cernerait pourtant très bien ces dossiers. La ministre ferait-elle, donc, de la politique politicienne ? Fort probable. Au final, c’est certainement un subtil mé­lange des deux. Mais dans un cas com­me dans l’autre, comment insuffler un politique industrielle numérique forte au service du développement de l’écono­mie et de la société fran­çaise, si le cap ou les convictions changent tous les six mois ? Madame Pelle­rin a été à bonne école. Souvenez-­vous, Arnaud Montebourg se réjouissait de l’arrivée de Free Mobile en janvier 2012. Moins d’un an après, il insinuait que le nouvel opérateur n’était pas étranger à la difficile situation économique des opérateurs historiques. Il paraît qu’il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis
 
envoyer
par mail
imprimer
l'article


@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Culture et numérique, je t’aime moi non plus
Transformation digitale : le retour des RH ?
Sécurité de l’information : la dette masquée des entreprises
Qui est le meilleur ami de vos clients, Google ou vous ?
Le Retour vers le futur d’un véritable écosystème cloud français
Sécurité, quelles tendances pour 2015 (1ère partie)
De #JeSuisCharlie à RespectZone
Applications mobiles : le porte-monnaie électronique est plébiscité, les beacons pas encore
Collaborer n’est pas le premier besoin de vos collaborateurs
Administration : pour en finir avec les projets IT mal calibrés
Les 10 tendances 2015 dans la data
Commerçants, les soldes d’hiver approchent : 8 conseils pour vous préparer
10 règles à suivre sur le chemin de l’entreprise collaborative
Transformation vers le Cloud : une approche holistique favorable au dynamisme des entreprises
Watermarking : toutes les marques ne se valent pas
Mes prévisions pour 2015
La data, nouvelle poudre magique indispensable à l’Alchimie de la relation client
Entre Noël et les soldes, les réseaux des e-commerces risquent de ne pas passer l'hiver
Fermer les services informatiques ! Est-ce vraiment une idée saugrenue ?
Phishing : quand le cryptage s’invite dans les liens