En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Le numérique rend schizophrène

laisser un avis
Laure de la Raudière, députée UMP d’Eure-et-Loir, a récemment qualifié de « schizophrénique » l’attitude du gouvernement en matière de politique d’aménagement numérique du territoire. Au-delà de toute conviction politique, elle n’a pas tort. Les socialistes, qui avaient pourtant voté pour la propo­sition de loi des sénateurs Maurey et Leroy avant la présidentielle, s’y sont opposés lors du vote à l’Assemblée fin novembre. Présente à l’Hémicycle le jour du vote, Fleur Pellerin, ministre déléguée aux PME, à l’Innovation et à l’Economie numérique, explique qu’en moins d’un an la situation a changé. La majorité poli­ti­que a changé, certes. Pas le problème des inégalités territoriales en matière de haut et très haut débit. Autre manifestation de cette totale incohérence : début décembre, la ministre s’est réjouie de l’adoption du brevet unique européen. Pourtant, il y a également quelques mois, elle s’était déclarée contre.
Pourquoi, sur ces questions, Fleur Pellerin souffle-t-elle le chaud et le froid à quel­ques mois d’intervalle ? Est-ce par manque de compréhension des pro­blématiques et des enjeux du numérique ? Cela expliquerait son incapacité à se positionner clairement, voire à se faire mener par le bout du nez par des lobbies. A en croire cer­tains dirigeants, Fleur Pel­lerin cernerait pourtant très bien ces dossiers. La ministre ferait-elle, donc, de la politique politicienne ? Fort probable. Au final, c’est certainement un subtil mé­lange des deux. Mais dans un cas com­me dans l’autre, comment insuffler un politique industrielle numérique forte au service du développement de l’écono­mie et de la société fran­çaise, si le cap ou les convictions changent tous les six mois ? Madame Pelle­rin a été à bonne école. Souvenez-­vous, Arnaud Montebourg se réjouissait de l’arrivée de Free Mobile en janvier 2012. Moins d’un an après, il insinuait que le nouvel opérateur n’était pas étranger à la difficile situation économique des opérateurs historiques. Il paraît qu’il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis
 
envoyer
par mail
imprimer
l'article


@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Bash Bug : mesures urgentes et nécessaires pour les entreprises
Le retour vers la croissance passera par le numérique
5 choses que les experts en confidentialité veulent que vous sachiez à propos des « wearable technologies »
La recherche interne, une source d'enseignement trop souvent négligée
Apple Pay, la fin de la fraude aux cartes bancaires ?
Pourquoi j'ai (encore) piraté TouchID
10 idées pour (re) lancer votre communication digitale
Gestion des comptes à privilèges… Votre responsabilité est engagée !
Alibaba, la caverne qui cache la forêt
Apple et la sécurité : une rentrée 2014 forte en actualité !
La face cachée du manager dans la transformation digitale
L’étau se resserre autour des entreprises ne se conformant pas à la réglementation sur les données personnelles
Le Wi-Fi peut-il garantir la sécurité de l’Internet des Objets ?
Pourquoi les entreprises doivent elles mesurer et suivre leur e-réputation ?
Le Conseil d’Etat formule 50 recommandations audacieuses sur le numérique et les droits fondamentaux
Préserver la qualité pour les foules : le prochain objectif pour le Wi-Fi
Le magasin physique doit mieux intégrer les technologies digitales
Lancement de l'iPhone 6 : les départements informatiques en alerte !
WordPress : le CMS qui monte, qui monte !
Cinq points clés que les entreprises doivent prendre en compte pour réussir leur transformation numérique