En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

L’Etat rationalise enfin ses achats de prestations informatiques

L’Ugap, centrale d’achat public, met en place des interlocuteurs présélectionnés.

laisser un avis
C’est une pratique qui s’est largement répandue au cours de la dernière décennie dans les grands comptes du privé. Mais que l’Etat n’appliquait pas. A savoir référencer des prestataires et définir des grilles tarifaires pour les besoins en prestations informatiques.
Dans un contexte de rationalisation des coûts, il était temps que le secteur public s’y intéresse. Depuis quelques mois, l’Ugap, la seule centrale d’achat public généraliste en France, encadre aussi ce type de transactions.
Une nouveauté, car son champ d’intervention dans l’informatique se réduisait jusqu’à présent à l’acquisition d’actifs matériels : serveurs, PC et logiciels. L’Ugap propose ainsi deux types d’offres à ses clients que sont les ministères, les opérateurs de l’Etat, les collectivités territoriales ou les hôpitaux.

Seize titulaires se partagent six domaines d’expertise

agrandir la photo
La première offre est en mode projet, sur la base d’un cahier des charges, et adaptée aux grands projets de transformation du système d’information. Pour cela, la centrale a souscrit des accords-cadres avec des prestataires. Seize titulaires se partagent six domaines d’expertise, qui vont du conseil en  organisation à la conduite du changement, en passant par le développement de logiciels.
Ces marchés couvrant le cycle de vie classique d’un projet informatique. « Les titulaires ont été référencés sur la base de leur expertise, de la méthodologie proposée et des données tarifaires », indique Albert Aloisi, chef du département prestations intellectuelles informatiques de l’Ugap.
L’avantage de cette formule, pour le ministère ou la collectivité locale, est de lancer un appel d’offres conforme au code des marchés publics, avec une mise en concurrence sur un nombre réduit de prestataires (sept par marché), ceux-ci étant présélectionnés selon leur rapport qualité/prix et leur expertise.
La seconde offre, plus novatrice, s’appuie sur un système d’unités d’œuvre forfaitisées. A chaque marché (conseil en système d’information, décisionnel, développement d’application mobiles…) correspond un titulaire. Ce mode fait la part belle aux PME, qui sont cinq parmi les huit titulaires sélectionnés : Inop’s, Adminext, EXL Group, CG2 Conseil et Linagora. Dans ce dispositif plutôt dévolu aux petits projets, la procédure d’achat de prestation est considérablement simplifiée.
« Le client exprime son besoin directement au titulaire, qui livre un devis avec un nombre d’unités d’oeuvre estimé, dont le tarif est fixé à l’avance », résume Albert Aloisi. Les équipes de l’Ugap sont en appui pour qualifier le besoin en amont puis, lors de la commande, contrôler la conformité du devis fournisseurs avec le besoin client. En aval, elles s’assurent du suivi contractuel et de l’avancement des livrables.

Rationaliser pour économiser

Le recours à la centrale n’est pas obligatoire pour les différents services de l’Etat : ils peuvent, bien évidemment, continuer à recourir à une procédure classique d’appel d’offres. Mais on peut voir dans cette démarche la concrétisation de la volonté affichée par les pouvoirs publics de professionnaliser les achats de l’Etat, et de dégager des économies liées à une standardisation et à une massification des achats.
Rappelons qu’en 2010, l’Etat s’est fixé pour objectif de réaliser des économies de l’ordre de 10 % sur trois ans sur l’ensemble de ses achats courants. Beaucoup craignaient que la mutualisation des achats publics – un des moyens privilégiés pour les optimiser – ne se fasse aux dépens des PME qui seraient évincées de certains marchés.Dans le domaine des prestations intellectuelles, l’Ugap démontre le contraire.

Les prestataires sélectionnés

Pour les petits projets. La formule repose sur des systèmes d’unités d’oeuvre prédéfinies, forfaitisées. Neuf titulaires ont été notifiés dont cinq PME : Adminext (conseil en système d’information), CG2 Conseil (montage de procédure de marché public), Capgemini (maîtrise d’oeuvre déléguée d’application), Sogeti (sécurité des systèmes d’information et développement d’application mobiles), Inop’ (assistance à la dématérialisation), Linagora (support sur logiciels libres), EXL Group (prestations d’informatique décisionnelle), Logica/CGI maîtrise d’ouvrage déléguée d’application

Pour les projets sur mesure. Des accords-cadres ont été passés avec 16 titulaires répartis sur 6 marchés : Altran, Atos, Bull, Capgemini, Colombus, Devoteam, Euriware, EXL Group/Key Consulting, GFI, Inop’s, Logica, Norsys, Semantys/Astek, Sogeti, Sopra Group, Steria.

Article paru dans 01 Business & Technologies du 20 décembre

 


Feuilletez un ancien numéro sur le kiosque 01

envoyer
par mail
imprimer
l'article


@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Steria et Capgemini remportent deux contrats en Norvège
Rebond de l’activité de Steria grâce au secteur public anglais
Le gouvernement britannique met fin à un contrat avec Atos
Les acheteurs IT peu portés sur le made in France
Les acteurs des télécoms parmi les plus mauvais payeurs
Comment Steria a décroché le plus gros contrat de son histoire
Le directeur des achats, un faux rebelle aux technologies
Le système décisionnel santé d’Île-de-France franchit une nouvelle étape
L’Acsel récompense la stratégie digitale de l’assurance maladie
Syntec numérique et l’Etat s’apprêtent à signer une charte de bonnes pratiques en matière d'achats
La centrale d’achats publics désigne ses fournisseurs de portables et tablettes PC
Cegid découvre quelques grenades dégoupillées dans son offre secteur public
Une charte de bonnes conduites entre grands groupes publics et PME innovantes
Apple achète 10 % des puces produites dans le monde
[Best of blogs 2011] Le DMP liberticide ? / Pas de bulle 2.0 / Tous égaux devant le cloud / Les acheteurs et l’offshore
Cegid se renforce dans le secteur public
La réforme de la sous-traitance «accouche d’une souris»
L’informatique au secours de la dette publique
Dépense IT : pas de redécollage en vue dans l’industrie et la distribution