En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Rififi dans le mobile français

laisser un avis
Chantage à l’emploi, procès en série : les opérateurs de téléphonie mobile s’empoignent, depuis des mois, sous les yeux ébahis des consommateurs. Ces derniers ont pour réjouissance de voir leur facture mobile baisser comme jamais. Côté opérateur, la raison de ces empoignades est bien connue. Free Mobile a bouleversé un marché qui fut, quin­ze ans durant, quasi « oligopolistique ». Ses forfaits à prix cassés, sans engagement avec une simple carte SIM, ont sapé le modèle économique des for­faits chers avec téléphones subventionnés. Il semble, pourtant, qu’il faille raison garder.
Le marché français des télécoms mobiles subit en fait, en accéléré, le dur apprentissage de la concurrence. Comme dans d’autres secteurs, celle-ci déstabilise les subtils équilibres du présent, y compris les emplois, alors qu’elle contribue aussi à dynamiser le marché des consommateurs en renouvelant les offres.
Bien qu’en baisse, le taux de marge d’Ebitda des opérateurs mobiles historiques reste, en moyenne, supérieur à 30 %, soit un niveau élevé, supérieur à celui d’autres secteurs de l’économie française, explique le patron de l’Arcep. Les clients français bénéficient, eux, des tarifs mobiles parmi les moins élevés d’Europe.
Les usages en sont stimulés, puisque le trafic internet mobile, avec + 70 %, et les SMS, avec + 28,8 %, ont explosé en un an dans notre pays. Il est donc tentant, en temps de crise économique, de freiner la concurrence sous la pression des lobbies de tous bords. Ce pays, plus prompt à défendre les professions « protégées » ou les monopoles de droit ou de fait, n’a jamais eu foi en la dynamique concurrentielle qui est tout, sauf un long fleuve tranquille.
Alors, messieurs les opérateurs, continuez de faire votre métier et d’innover plutôt que de courir au tribunal. Quant à l’Etat et aux régulateurs, qu’ils continuent de veiller à ce que la concurrence soit équitable.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Pourquoi l'étude d'UFC-Que Choisir sur les réseaux 3G crée la polémique
Couverture 4G : retour de bâton pour les opérateurs mobiles
01net a testé la 4G !
Mobile : SFR et Bouygues Telecom prêts à mutualiser leurs réseaux
4G : la bataille des fréquences est ouverte sur plusieurs fronts
Réseaux 4G : planche de salut pour les opérateurs mobiles
Strasbourg conclut, à son tour, une charte avec les opérateurs mobiles
Le gouvernement incite les quatre opérateurs mobiles à investir [MAJ]
Téléphonie mobile : les pistes d’Arnaud Montebourg
Les quatre opérateurs mobiles réunis à Bercy le 17 juillet
Comment l’Internet des objets affecte l’administration des réseaux
Monsieur Hollande, il est temps de marquer votre empreinte numérique
Le big data et la sécurité : plus de données... plus de problèmes
Les drones, le nouveau cauchemar des départements informatiques ?
Sécurité : Les faux titres sont d’excellents pièges pour attirer les accros à l’actualité
Quel est votre vecteur d’attaque préféré : PDF, Word ou ZIP ?
Les opérateurs français sont-ils prêts à accueillir Netflix ?
Attaques DNS : Connaître son ennemi
Cloud hybride, gare à la récupération !