En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Quand les nouvelles technologies bouleversent le travail des fonctionnaires

Les nouvelles technologies modifient, en bien comme parfois en mal, les conditions de travail des agents publics. Le Centre d’analyse stratégique dresse un état des lieux.

laisser un avis
agrandir la photo
Les nouvelles technologies modifient en profondeur, en bien comme parfois en mal, les conditions de travail des fonctionnaires. C'est ce que souligne une récente note du Centre d’analyse stratégique (CAS) sur l’impact des nouvelles technologies sur les conditions de travail dans la fonction publique.
Côté positif, « la dématérialisation des pratiques de gestion, par exemple moins de formulaires administratifs papier à remplir, permet à l’agent de consacrer davantage de temps à des activités plus enrichissantes et d’exercer plus complètement sa mission ».
Le fonctionnaire 2.0 peut travailler n’importe où et n’importe quand. Ce qui lui permet de mieux concilier vie privée et vie professionnelle. Ces effets positifs participent de la sorte à l’amélioration de l’organisation des administrations et à la qualité des missions des services publics.
Cette note souligne aussi le revers de la médaille des effets de l'introduction des TIC sur les conditions de travail  : instantanéité et travail en temps réel, augmentation du rythme et de l’intensité du travail, sentiment de renforcement du contrôle de l’activité, affaiblissement des relations professionnelles, etc.

Les TIC engendrent stress et sentiment d'urgence

Taux d'utilisation des TIC par les agents publics.
agrandir la photo
Les effets négatifs les plus répandus sont, selon l'étude, liés à la surinformation que les TIC ont amplifiée. « Celle-ci engendre stress et sentiment d’urgence, en particulier pour les postes nécessitant un usage intensif de l’e-mail. »
Plus grave, la note souligne que la fonction publique se démarque négativement du secteur privé. « Quand les changements TIC sont importants ou combinés à des changements organisationnels, ils se traduisent par une baisse de l’implication des agents publics plus importante que celle des salariés du secteur privé. »
Pour contourner ces obstacles, que la note de synthèse met sur le compte de la résistance au changement mais aussi sur l'inadaptation des méthodes managériales avec les missions de service public, elle souligne « l’importance des dispositifs d’accompagnement pour éviter d’éventuels blocages psychologiques face aux changements ».
Il n'y a toutefois pas de solution miracle. La méthode de la consultation directe des salariés et des agents, « si elle augmente l’implication au travail et le sentiment de reconnaissance pour les changements informatiques, ne suffit pas, dans le secteur public, à faire accepter les changements organisationnels qui les accompagnent ».

Quatre propositions d'accompagnement des changements technologiques

La note d'analyse suggère quelques pistes de recommandations visant à mieux accompagner les agents du secteur public confrontés aux changements technologiques :

• Associer les agents à toutes les étapes des projets TIC ;
• Associer les directeurs des ressources humaines et du budget à l’élaboration des plans TIC et débattre de l’évolution des métiers dans le cadre des projets liés à la conduite du changement technologique ;
• Améliorer les systèmes de formation et valoriser les compétences des agents dans le domaine des TIC ;
• Assurer un pilotage transversal pour une coordination efficace de l’ensemble des services lors de la mise en place des plans TIC.

envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Choc de "simplification" : l'Etat étoffe le volet numérique
01 Replay : les Français sont prêts pour la m-Administration
Plan d’économies de l’Etat : l’informatique paiera un lourd tribu
01 Replay : Ce qu’attendent les Français de l’e-administration
E-administration: 75 % des Français veulent plus de démarches en ligne
E-administration : les 10 projets qui vont simplifier la vie des entreprises
L'Etat va rationaliser son informatique pour faire des économies
Surveillance du Net : en quoi la loi de programmation militaire pose problème
Un sénateur prône la contestation en ligne des infractions routières
Fleur Pellerin se rend en Finlande et en Estonie, pays pionniers en matière d’e-administration
L’Ille-et-Vilaine a retenu e-Citiz pour mettre en ligne les services dédiés aux transports scolaires
Les ministères priés par Matignon d'ouvrir leurs données publiques
Le portail guichet-entreprises.fr en rade le lendemain de son lancement
La Cour des comptes épingle les sites web des administrations
Le numérique, parent pauvre des 12 milliards d'investissements d'avenir
Logiciel Chorus : une erreur humaine avait provoqué la panne géante
Les fournisseurs de l’Etat pourront envoyer leurs factures en PDF
La DSI de l’Etat fait le bilan de deux ans d’activité
Jacques Marzin (Disic). Un roc à la tête de la DSI de l'État