En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

La vente de bannières aux enchères, star du salon e-Marketing

Le real-time bidding (RTB), ou la vente aux enchères et en temps réel d'espaces publicitaires, a tenu la vedette du salon e-Marketing. Avec, notamment, le témoignage d’Orange Suisse.

laisser un avis
Cette année le salon e-Marketing, le rendez-vous des responsables marketing numériques, a officiellement été marqué par le sceau du « real-time marketing ». Et plus particulièrement du « real-time bidding », ou RTB. Un acronyme de plus pour désigner les opérations d’enchères publicitaires en ligne au cours desquelles les impressions (ou bannières) des annonceurs sont mises en compétition en temps réel sur des places des marché (les ad-exchanges).
Avec une particularité de taille : les espaces publicitaires en question ciblent unitairement chaque internaute selon son profil et son parcours. « Le RTB promet ni plus ni moins de révolutionner la publicité en ligne », estime Alain Laidet, président d’honneur du salon. Selon lui, entre un quart et la moitié de la publicité sur internet sera traitée d’ici trois à quatre ans via ces fameux ad-exchanges, déjà en pleine croissance (chiffres publiés par emarketinglicious.fr).

Orange Suisse mise à 100% sur le RTB

Pour se convaincre des promesses du RTB, il suffisait d’assister au témoignage d’Orange Suisse, en ouverture du salon. La filiale de l'opérateur cherchait à analyser avec précision l’impact de ses différents canaux sur l’acquisition de clients. Ce chantier analytique dure deux ans. Les parcours d’achat des consommateurs sont alors passés au crible.
Résultat des courses : Orange Suisse a décidé de limiter le poids de l’affiliation et du « search » (liens sponsorisés) pour se recentrer sur le social et surtout sur le « display », c'est-à-dire l’affichage de bannières. Aujourd’hui, 100 % de ses impressions sont effectuées en temps réels sur des places de marché.
« Chez nous, le display n’était pas valorisé à sa juste valeur, explique Pierre Berendes, en charge du marketing numérique chez l’opérateur. Désormais, avec le RTB, nous maîtrisons l’ensemble des points de contact du parcours client, car nous achetons les impressions une par une. »

Moins bombarder les internautes

S’il garde secret les gains chiffrés générés par le RTB, Pierre Berendes explique qu’il a gagné 40 % de visibilité sur ses bannières. « Globalement, nous achetons moins d’impressions et nous bombardons moins les internautes. Et comme nous avons de nombreux segments d’audience – une centaine de campagnes en tout –, nous enchérissons au juste prix et pouvons nous permettre d’acheter des CPM (cost per mille) beaucoup plus chers. »
Reste que pour porter ses fruits, un tel projet exige beaucoup de technicité, de maîtrise des algorithmes et de paramétrage, notamment dans le ciblage de l’audience et le suivi des campagnes.
Au-delà du témoignage avant-gardiste, notons également le prix des e-Marketing Awards dans la catégorie innovation technologique remis au Français Matiro, un spécialiste du trading media. Son rôle : acheter pour le compte d’annonceurs les publicités aux enchères sur les ad-exchanges.
Pour disposer de la meilleure information possible, Matiro croise les données fournies par les annonceurs relatives aux visiteurs des sites d'e-commerce (type de navigation, produits consultés ou achetés) avec celles des partenaires extérieurs spécialisés dans le ciblage des internautes. A noter que Gamned, sur lequel s’est appuyé Orange Suisse, et Infectious occupent le même créneau que Matiro.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Déjà 330 millions d'euros de chiffre d'affaires pour le numérique à La Poste
Blackberry, Twitter, IBM, Oracle... Les rachats IT de la semaine
SoftBank Robotics commercialisera le robot Pepper en février 2015
Rachat de T-Mobile : le bras de fer entre Free et Sprint
Le pari fou de Xavier Niel commenté par les experts de BFM Business
Michel Combes (Alcatel-Lucent) : « je privilégie nos dépenses de R&D »
T-Mobile, le Free Mobile américain
Abus de position dominante : avec Android, Google risque gros en Europe
Samsung, des résultats en baisse à cause de la concurrence chinoise
Bull attend son rachat par Atos avec sérénité
Snapchat valorisé à 10 milliards de dollars ?
Que diriez vous d'appeler cela un ordinateur ?
Cyril Zimmermann (HiMedia) : « Il faut s'adapter aux nouveaux usages liés à la vidéo et aux mobiles »
Parrot essuie une lourde perte de 6,3 millions d’euros au premier semestre
Mario Kart 8 réussit un démarrage canon mais laisse Nintendo dans le rouge
Dick Costolo (Twitter) : « pour être franc, nous aurions pu faire mieux »
Rachat Numericable-SFR : l'autorité de la concurrence demande un examen approfondi
Vincent Rouaix (GFI) : « Notre stratégie de proximité porte ses fruits »
Airbnb veut capter les voyageurs d’affaires