En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Les contrebandiers du net

laisser un avis
Avez-vous entendu, mi-janvier, l’incroyable histoire de Bob, l’informaticien américain qui sous-sous-traitait son travail à une SSII chinoise ? Bon père de famille quadragénaire, Bob était apprécié par ses supérieurs pour sa rigueur, l’étendue de ses compé­tences techniques et son respect des plannings. En fait, chaque matin, Bob passait discrètement commande à des dévelop­peurs de Shen­yang, dans le nord-est de la Chine. Il occupait ensuite sa journée à flâner sur le web. Certes, cette externalisation lui coûtait un cinquième de son salaire, mais en échange, elle lui assurait un confort de travail inégalable. La combine de Bob durait depuis des années et aurait pu continuer encore long­temps si le pot aux roses n’avait pas été découvert lors d’un contrôle de sécurité informatique.
L’histoire illustre à merveille comment le numérique fait ex­ploser toutes nos vieilles démarcations géographi­ques et administratives. Au grand désespoir de cer­tains Etats comme la France, qui s’échine à trouver le moyen de taxer un Google ou un Apple dont les flux numériques se jouent des barrières douanières. Les grandes entreprises ont vite compris les possibilités d’un monde numérique sans frontières. Les individus eux aussi s’y mettent.
Aux Etats-­Unis, un marché est en plein essor : l’assistante personnelle délocalisée en Inde. Disponible 24h/24, elle organise vos rendez-vous, gère votre boîte aux lettres, réalise vos achats ou vos recherches documentaires pour un montant 30 à 50 fois in­férieur à celui d’une secrétaire basée à New York. Aujour­d’hui, toutes les tâches intellectuelles sont délocalisables en un clic de sou­ris. Pas le temps d’écrire votre livre ? Des dizaines d’écrivains pro­fessionnels en Inde ou ailleurs proposent leurs services de « nègre littéraire » à des tarifs imbattables. Pour l’instant, ces offres sont essentiellement en anglais. Jusqu’à quand ?
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
L'État vante l'achat patriotique... mais favorise l'offre étrangère
Les géants d'Internet servent leur gouvernement avant leurs clients
Un chômage en hausse, des PME qui veulent recruter : le paradoxe à la française
New York détrône Palo Alto et séduit les entrepreneurs français
Légiférer sur la neutralité d'Internet pour en finir avec l'utopie numérique
L'intelligence artificielle et le big data aideront à vaincre le Sida
Guerre des clones, proximité numérique et ruptures de stocks
L'objectif de Syntec numérique ? Peser auprès du gouvernement
Crédit d'impôt : le « bol d’air » qui masque l’asphyxie ?
L'achat patriotique, il y a ceux qui en parlent et il y a ceux qui le sapent !
La révolution digitale viendra des entrepreneurs, pas des gouvernements
Place au premier collège de l'innovation en France
Le Brésil veut attirer les start up dans son "Amazon Valley"
Télémédecine : un plan, vite !
Pétitions en ligne très surveillées et rififi à Saint-Pétersbourg
Les entreprises du numérique créent les usages de demain
Faire payer des frais d’inscription aux étudiants de classes préparatoires ?
Big data : vers une société de la transparence ?
42, un nouveau type de mécénat français
Vive la crise !