En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

[TechDays J-8] L’analyse des données, au cœur de l’offre de Microsoft

Microsoft ne pouvait faire l’impasse du big data. En moins de deux ans, il a raccordé ses outils de développement et sa base de données à Hadoop, la plate-forme de référence.

laisser un avis
Le succès des outils de business intelligence (BI) et des offres de stockage pour les données, structurées ou non, a focalisé l’attention sur les moyens de traitement de grands volumes de données. Mais Microsoft n’avait pas encore, jusqu’à l’an passé, de solutions optimisées pour le segment de marché du big data.
Une lacune corrigée, puisqu’après deux ans de travaux, l’éditeur n’a pas manqué de communiquer, en octobre dernier, sur son support d’Hadoop en lien avec son offre SQL Server. Une nouvelle génération d’outils, issus des technologies Hadoop et destinés à maîtriser les avalanches d’informations, sera donc présentée en avant-première aux TechDays.
Ces solutions fonctionneront sur les plates-formes Windows Azure et Windows Server. Hadoop est un environnement open source capable d’administrer des milliards d’informations. Son marché devrait progresser en moyenne de 58 % par an pour atteindre 2,2 milliards de dollars en 2018, selon une étude récente de Market Analysis.
Et pour apporter la preuve que le marché des énormes silos de données avait déjà été identifié comme une mine d’or par Microsoft, rappelons que l’éditeur a déjà exposé, aux précédents TechDays, son premier entrepôt de donnés en association avec HP et Dell, le SQL Server Parallel Datawarehouse (PDW), capable d’administrer 100 téraoctets de données.

Hadoop enfin adopté par Microsoft

La nouvelle version de PDW, plus rapide, s’interfacera parfaitement avec Hadoop et tous les outils d’affichage comme Power View et même Excel 2013. De plus, le lancement de cette plateforme correspond à l’arrêt, par Microsoft, du développement de son propre moteur de calcul massivement parallèle, Dryad.
« Après avoir analysé le marché, la firme a convenu qu’il valait mieux adopter la technologie déjà reconnue plutôt que de lutter contre elle », précise Damien Cudel, responsable SQL Server et big data chez Microsoft France.
Dans l’Hexagone, ceux qui exploitaient des outils décisionnels sur des bases de données structurées vont pouvoir étendre leurs recherches aux informations non structurées. Les sociétés d’étude de marché ou d’analyse de la concurrence, mais aussi les laboratoires pharmaceutiques et toutes les organisations qui brassent des millions d’informations sur SQL Server étudieront ces outils.
Le CEO de Hortonworks, la firme californienne qui a largement aidé Microsoft à porter Hadoop sur Windows, Rob Bearden (photo), a récemment prévenu qu’il valait mieux contrôler les données que l’on injectait dans les applications avant leur exploitation, car sinon le « jus qui sortira du pressoir risque de ne pas valoir le coup ».
Les outils de développement .Net et Visual Studio sont donc devenus compatibles avec la plateforme Hadoop. Lorsqu’on se rappelle que ce dernier n’était, à ses débuts chez Yahoo, qu’une version open source de Map Reduce, un développement mené au début des années 2000 par Google pour tenter de résoudre les problèmes d’indexation sur le web, on mesure le chemin parcouru par Microsoft.
> Retrouvez notre dossier spécial Techdays 2013

[Cas utilisateur] Caliatys emprunte la voie du big data avec SQL Server

agrandir la photo

L’une des filiales informatiques d’Air Liquide, Caliatys, propose une palette de logiciels aux techniciens de maintenance et à ses utilisateurs. Gérer la logistique (et donc les livraisons) est une de ses tâches. Elle suit ainsi les camions et supervise les équipements des clients via des capteurs.

L’objectif était d’optimiser les parcours de distribution en exploitant des milliers, puis des millions de données. Soit des calculs de plus en plus lourds, portés sur Azure, la plate-forme cloud de Microsoft. « La société exploite SQL Server 2012 pour réaliser statistiques et analyses », confie Raphaël Mansuy, directeur général de Caliatys. En outre, les transporteurs de gaz seront bientôt équipés de tablettes pour effectuer les opérations de saisie.

Cet article a été publié dans 01 Business & Technologies du 7 février

agrandir la photo

 

 

 

Feuilletez un numéro du journal sur le kiosque 01

envoyer
par mail
imprimer
l'article


@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Mac OS contre Windows : le fight ! (vidéo)
Satya Nadella a touché 84,3 millions de dollars cette année
Le big data, un nouvel eldorado non sans risque pour les publicitaires
Oracle OpenWorld : cloud et engineered systems, les mots-clés de l’édition 2014
Chez les pompiers, le big data sauve déjà des vies
Windows 10 : quoi de neuf ? (vidéo)
Windows 9 en approche (vidéo du jour)
Cegid diffuse Office 365 auprès de ses clients PME
Microsoft : pas de plan social en France
Le big data et la sécurité : plus de données... plus de problèmes
Oodrive rachète Active Circle, un expert du stockage big data
Comment aider le cerveau à appréhender le big data
Exclu : la tablette Microsoft Surface Pro 3 est arrivée au labo 01net (vidéo)
Big Data, radioscopie d’un nouveau gisement d’opportunités pour la grande distribution
Les bénéfices de Microsoft plombés par l'acquisition de Nokia
On dépensera plus en 2015 !
Licenciements de Microsoft, coup dur pour la Finlande
01 Replay : Coup de pouce à la startup Price Match
Microsoft supprime 18 000 emplois dans le monde
Que cache la restructuration massive de Microsoft ? (vidéo du jour, #01Live)