En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Aux armes e-Citoyens !

laisser un avis
A peine 8 % des Français seraient conscients des risques encourus sur la toile, estime une récente étude Microsoft. Un constat inquiétant, qui se comprend pourtant par la simple observation de nos usages quotidiens, souvent en toute insouciance : commerce en ligne, réseaux sociaux, etc., depuis un smartphone, ou un ordinateur portable, en vacances, en déplacement ou à la maison. Dans cette étude, la France se retrouve même positionnée en dessous de la moyenne mondiale. Inquiétante performance, si l’on estime que parmi les 92 % d’insouciants tricolores, une grande partie traîne cette nonchalance numérique jusque sur le lieu de travail.
Ce ne sont pourtant pas les alertes qui manquent autour d’exemples de vols d’informations ou de détournements virtuels de fonds. Ils font la une des journaux. Alors comment expliquer un tel phénomène ? Peut-être une exception culturelle. La France n’est arrivée que tardivement dans le viseur des pirates. Les attaques, en provenance majoritairement des Pays de l’Est, ont, dans un premier temps, visé les pays anglophones. Pour réussir à infiltrer une machine, les hackers ont en effet, dans 99 % des cas, recours à l’ingénierie sociale et passent donc par la messagerie électronique, le plus souvent en langue anglaise.
De fait, les contrées anglo-saxonnes sont plus exposées. Les mentalités et la sensibilisation aux aspects sécurité des utilisateurs ont, du coup, mûri en parallèle. Aujourd’hui, la France n’est plus épargnée. Etre né sous le signe de l’Hexagone n’est plus un gage de sécurité. Le buzz récent autour de la campagne de phishing sur EDF en est la preuve. Les Français ne peuvent plus circuler sur la toile les yeux ­fermés. Aux Armes ­nu­mériques, e-citoyens, formez vos bataillons !
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
L'État vante l'achat patriotique... mais favorise l'offre étrangère
Les géants d'Internet servent leur gouvernement avant leurs clients
Un chômage en hausse, des PME qui veulent recruter : le paradoxe à la française
New York détrône Palo Alto et séduit les entrepreneurs français
Légiférer sur la neutralité d'Internet pour en finir avec l'utopie numérique
L'intelligence artificielle et le big data aideront à vaincre le Sida
Guerre des clones, proximité numérique et ruptures de stocks
L'objectif de Syntec numérique ? Peser auprès du gouvernement
Crédit d'impôt : le « bol d’air » qui masque l’asphyxie ?
L'achat patriotique, il y a ceux qui en parlent et il y a ceux qui le sapent !
La révolution digitale viendra des entrepreneurs, pas des gouvernements
Place au premier collège de l'innovation en France
Le Brésil veut attirer les start up dans son "Amazon Valley"
Télémédecine : un plan, vite !
Pétitions en ligne très surveillées et rififi à Saint-Pétersbourg
Les entreprises du numérique créent les usages de demain
Faire payer des frais d’inscription aux étudiants de classes préparatoires ?
Big data : vers une société de la transparence ?
42, un nouveau type de mécénat français
Vive la crise !