En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Aux armes e-Citoyens !

laisser un avis
A peine 8 % des Français seraient conscients des risques encourus sur la toile, estime une récente étude Microsoft. Un constat inquiétant, qui se comprend pourtant par la simple observation de nos usages quotidiens, souvent en toute insouciance : commerce en ligne, réseaux sociaux, etc., depuis un smartphone, ou un ordinateur portable, en vacances, en déplacement ou à la maison. Dans cette étude, la France se retrouve même positionnée en dessous de la moyenne mondiale. Inquiétante performance, si l’on estime que parmi les 92 % d’insouciants tricolores, une grande partie traîne cette nonchalance numérique jusque sur le lieu de travail.
Ce ne sont pourtant pas les alertes qui manquent autour d’exemples de vols d’informations ou de détournements virtuels de fonds. Ils font la une des journaux. Alors comment expliquer un tel phénomène ? Peut-être une exception culturelle. La France n’est arrivée que tardivement dans le viseur des pirates. Les attaques, en provenance majoritairement des Pays de l’Est, ont, dans un premier temps, visé les pays anglophones. Pour réussir à infiltrer une machine, les hackers ont en effet, dans 99 % des cas, recours à l’ingénierie sociale et passent donc par la messagerie électronique, le plus souvent en langue anglaise.
De fait, les contrées anglo-saxonnes sont plus exposées. Les mentalités et la sensibilisation aux aspects sécurité des utilisateurs ont, du coup, mûri en parallèle. Aujourd’hui, la France n’est plus épargnée. Etre né sous le signe de l’Hexagone n’est plus un gage de sécurité. Le buzz récent autour de la campagne de phishing sur EDF en est la preuve. Les Français ne peuvent plus circuler sur la toile les yeux ­fermés. Aux Armes ­nu­mériques, e-citoyens, formez vos bataillons !
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Quand les RH huilent les rouages de la digitalisation de l’entreprise
Applications mobiles versus sites web mobiles : une question de stratégie
Peupler son réseau social d’entreprise est toujours critique
IOC : le nouvel or noir des cyberdéfenseurs
Peut-on sécuriser l’open-source ?
S’adapter aux comportements des consommateurs pour optimiser la transformation digitale
Twitter, un véritable outil d’informations et de veille pour les professionnels
Données d'entreprise et applications grand public : un mélange dangereux
Qu’est-ce que les malwares et les moustiques ont en commun ?
Les datacenters au cœur de la vie mobile
10 idées à Axelle Lemaire pour doper le numérique en France
Joyeux anniversaire IBM France
La double vie des politiques sur Twitter
Arnaud Montebourg a-t-il besoin d’un Secrétaire d’Etat au numérique ?
Objets connectés : future cible des hackers, prochains enjeux de la DSI
Le M-Paiement : une plateforme jugée risquée
Fin du support de XP, quel comportement les entreprises doivent-elles adopter ?
400 000 noms de domaine enregistrés dans les nouvelles extensions internet
Il faut sauver le soldat Pellerin !
L’accès des prestataires au réseau des entreprises rend ces dernières plus vulnérables