En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Le groupe Leclerc va poursuivre son développement en ligne

Leclerc veut devenir une enseigne multicanal, avec de nouvelles offres mêlant Web et magasins. Le drive va se développer, un site culturel va émerger en 2013 et la santé va suivre.

laisser un avis
agrandir la photo
Leclerc, célèbre enseigne de la grande distribution, est bien décidée à ravir la première place à Carrefour d’ici à 2015. Et pour cela, le dirigeant du groupement s’appuie sur une stratégie multicanal. « Le projet “Leclerc 2015” est de devenir la première enseigne française, multiformat et multiconnectée », a déclaré Michel-Edouard Leclerc à l’occasion de la présentation de ses résultats 2012.
Après avoir lancé les Leclerc Drive (l’enseigne en compte 271 qui ont contribué pour 28 % à la croissance du chiffre d’affaires 2012), qui permettent aux clients de faire leurs courses en ligne et de les récupérer en magasin, le groupe a ouvert un premier site de vente de produits hors alimentaires, Leclerc voyages, en avril 2012. Puis est venu le tour, en fin d’année, d’un nouveau site de vente en ligne de produits multimédias.
agrandir la photo
Sur son blog, Michel-Edouard Leclerc rappelle que ce site est pour l’instant « expérimental ». « Nos équipes tâtonnent, essayent, testent... sous l’impulsion de notre commission innovation et développement de la marque, en s’appuyant sur les équipes opérationnelles en charge de l’Internet marchand au sein du groupement. Comme pour leclercvoyages.com, leclercmultimedia.fr sera amené à évoluer au fil des mois », précise le patron de l’entreprise. Ce site qui sera officiellement lancé en avril prochain proposera des produits culturels et multimédias.

La santé en ligne de mire

agrandir la photo
La suite ? Le développement autour de l’axe santé. Michel-Edouard Lerclerc n’a jamais caché sa volonté de vendre des médicaments non remboursés. L’enseigne emploie déjà des pharmaciens ce qui devrait lui permettre d’ouvrir un site de pharmacie en ligne conforme à la loi. Pour le patron du groupe, interrogé dans la Matinale de Canal+ au début de ce mois de février 2013, « l’enseigne va vendre ces produits moins cher, entre 25 et 30 % par rapport à un prix d'officine ». Mais en attendant, le groupement a acheté deux petits sites Internet : candelens.fr, qui propose des lentilles de contacts, et santessima.com, qui distribue plusieurs millliers de produits de parapharmacie.
« Ce qui compte, c’est la capacité d’adaptation et la relation que nous avons avec les consommateurs. Or, sur ces deux éléments, nous nous en sortons plutôt très bien. Notre positionnement sur le drive est là pour le prouver aujourd’hui. Demain, ce sera sur la vente en ligne à proprement parler, c’est une évolution logique. Notre rôle est de jouer entre tous les canaux de distribution à disposition, et d’en tirer parti à chaque fois », conclut Michel Edouard Leclerc.
Sources : Les Echos ; LSA
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Watsize trouve des vêtements à votre taille
Orange lance un site d’e-commerce aux Etats-Unis
Ingenico se prépare à racheter GlobalCollect pour 820 millions d'euros
Apprenez à cerner ces cinq profils de cyberconsommateurs
L’e-commerce emploiera près de 100 000 personnes en France d’ici la fin de l’année
E-commerce : les ventes ont progressé de 11% au 1er trimestre
Affaire Leboncoin : de la liberté d’insérer un lien hypertexte
Voyages-SNCF vend un billet de train sur mobile toutes les 3 secondes
Casino veut coter ses activités e-commerce au Nasdaq
Amazon aurait pris une participation de 25 % dans Colis Privé
iBeacon : Attention de ne pas laisser le loup entrer dans la bergerie !
Loi Hamon : dix mesures pour mettre votre site marchand en conformité
Hiroshi Mikitani (Rakuten) : « Viber va devenir une porte d’entrée de l’e-commerce »
Un nouveau fichier informatique pour lutter contre la contrefaçon
Carte bancaire et paiement en ligne : les nouvelles recommandations de la Cnil
Malgré la crise, 72% des e-commerçants se disent optimistes pour 2014
Commerce en ligne : ce que change la loi sur la consommation
Gemmyo.com fait le pari des bijoux pour hommes
E-commerce : ce que va changer la loi consommation