En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

«Avec Spark, Microsoft renforce son ancrage dans l’écosystème d’innovation français»

laisser un avis
[INTERVIEW] Microsoft ouvrira début mars un nouvel espace de coworking dédié aux start up françaises. Jean Ferré, directeur de la division développeurs de Microsoft France et ancien cofondateur du Silicon Sentier, précise les attentes de l’éditeur par rapport à ce programme baptisé Spark.
01 : On connaissait le programme BizSpark (anciennement Idées). Aujourd’hui, vous lancez l’espace Spark. Existe-t-il une relation entre ces deux initiatives ?
Jean Ferré : Il n’existe qu’une relation indirecte entre ces deux projets. BizSpark est un programme d’accompagnement et d’incubation de start up d’une durée d'une à trois ans, fondé sur des services très divers, comme des campagnes de promotion, de la mise en relation, ou un accès gratuit aux logiciels de Microsoft.
Spark a été pensé davantage dans un esprit de coworking et d’accélération du développement technologique de l’innovation portée par les start up. Le soutien de Microsoft à la vingtaine de jeunes entreprises souhaitant à ce jour bénéficier de Spark ira d’une simple mission de coaching de deux heures à un accompagnement technique d'un à trois mois.
01 : Peut-on imaginer une start up passer de Spark à BizSpark ?
JF : Bien sûr. Une jeune entreprise qui aura suffisamment mûri son projet technologique grâce à l’aide des ingénieurs de Spark pourra rejoindre BizSpark pour chercher à accélérer son développement marketing et commercial. Et vice versa. Une entreprise sortie de la phase d’amorçage pourra toujours faire appel, dans sa phase de développement et à tout moment, aux spécialistes de Spark pour lever tel ou tel frein technologique.
01 : Finalement, quel intérêt pour Microsoft de lancer, après BizSpark, une nouvelle initiative comme Spark ?
JF : Comme Berlin, San Francisco, New York, Tel Aviv et Londres, Paris est une grande capitale où l’écosystème de l’innovation est parmi les plus dynamiques au monde. Il est impératif pour Microsoft de rester en permanence connecté aux réseaux d’innovations. Et d’avoir des relations étroites avec les entrepreneurs les plus visionnaires.
Nous avons toujours entretenu un modèle commercial très centré sur le partenariat. Là où nous générons un dollar de chiffre d’affaires, notre écosystème de partenaires en engrange dix. Et puis, Microsoft a beau consacrer un budget de neuf milliards de dollars à sa R&D, il ne peut pas tout inventer. Spark porte aussi en une dimension philanthropique et s’inscrit dans une démarche altruiste, pour laquelle Microsoft se veut être un des acteurs de la démocratisation du progrès.
01 : Vous êtes sincère ?
JF : Absolument. Cela va dans le sens de l’action de ce que veut Bill Gates avec sa fondation.
> Retrouvez notre dossier spécial TechDays 2013
envoyer
par mail
imprimer
l'article


@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Les services achats et juridiques des grandes entreprises freinent le rapprochement avec les startups
Windows 9 en approche (vidéo du jour)
Cegid diffuse Office 365 auprès de ses clients PME
Microsoft : pas de plan social en France
Paris ouvre un incubateur dédié au tourisme du futur
Wells Fargo lance son accélérateur de startups
Exclu : la tablette Microsoft Surface Pro 3 est arrivée au labo 01net (vidéo)
Les bénéfices de Microsoft plombés par l'acquisition de Nokia
Licenciements de Microsoft, coup dur pour la Finlande
01 Replay : Coup de pouce à la startup Price Match
Microsoft supprime 18 000 emplois dans le monde
Que cache la restructuration massive de Microsoft ? (vidéo du jour, #01Live)
Microsoft supprimerait plus de 6000 emplois (MàJ)
Les business angels Français de plus en plus frileux
Dell coache les startups françaises
L’essentiel du Patch Tuesday de juillet 2014
Axelle Lemaire fait la promotion du numérique made in France
Axelle Lemaire fait la promotion du numérique made in France
Gaël Duval : « L'écosystème américain est curieux de rencontrer la French Tech »