En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.

FERMER  x Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Larry Page révèle être paralysé d'une corde vocale, mais reste à la tête de Google

D’une certaine manière, Larry Page, co-fondateur et PDG de Google a rompu le silence en révélant qu’il souffrait d’une paralysie d’un de ses cordes vocales et que sa deuxième corde est légèrement endommagée.

laisser un avis
© Larry Page
Larry Page, co-fondateur de Google, a annoncé hier, mardi 14 mai, sur le site du groupe qu'il souffrait d'une paralysie partielle des cordes vocales mais que cela ne l'empêcherait pas de garder ses fonctions de directeur général.

Paralysie et voix plus faible

Sur Google+, Larry Page, 40 ans, révèle qu'il est paralysé d'une corde vocale depuis 14 ans, mais que depuis un coup de froid attrapé l'été dernier, sa deuxième corde vocale « a également un mouvement limité ». « Fort heureusement, après un début de guérison, je suis pleinement en mesure de faire tout ce dont j'ai besoin chez moi et au travail même si ma voix est plus faible qu'avant », affirme le directeur général de Google.

Peser ses mots

« Faire de longs monologues est maintenant plus ennuyeux pour moi et probablement pour le public », reconnaît-il, notant que ce problème affecte sa respiration et que sa capacité à faire de l'exercice est « quelque peu réduite ». « Cela dit, mes amis me disent que j'ai plus d'énergie qu'eux quand nous faisons du kitesurf », s'empresse-t-il d'ajouter, notant que l'autre co-fondateur de Google, Sergey Brin, « dit que je suis un meilleur directeur général parce que je pèse davantage mes mots ».

Un nouveau jour

Larry Page avait pris la direction opérationnelle de Google en janvier 2011, dix ans après avoir confié les rênes de son entreprise à Eric Schmidt, qui a gardé la présidence du Conseil d'administration. Considéré comme le membre le plus discret du « triumvirat » à la tête de Google, Larry Page révèle ainsi la raison de ce qui a été longtemps perçu comme de la timidité.
En rendant sa maladie publique, il annonce financer un programme de recherche sur la paralysie des cordes vocales et appelle toutes les personnes atteintes de la même maladie à participer à une étude pour ce programme. Après cette annonce, le titre Google s'appréciait de 0,90% à 885,40 dollars vers 19H00 à Wall Street, approchant ainsi son record historique (888,69 dollars).

A lire aussi :
La santé de Larry Page, PDG de Google, intrigue - 17/07/2012
Le patron de Google perd la voix - 22/06/2012
Larry Page reprend les rênes de Google - 21/01/2011
envoyer
par mail
imprimer
l'article




Newsletter 01net. Actus

@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Google lance un service de stockage low cost pour données peu utilisées
Prise en main de la nouvelle Freebox mini 4K (vidéo)
Google utilise le crowdfunding pour financer ses revendeurs
Gmail : activer le volet de prévisualisation des e-mails
JTech 215 : Windows 10, Box Miami, ultrabook, hoverboard (vidéo)
Google s’invite dans les télécommunications (vidéo du jour)
Best Of 2014 : revivez les débuts de Firefox 10 ans après (vidéo du jour)
Google Nexus 6 : que vaut la première "phablette" sous Lollipop ? (vidéo)
Google est-il trop puissant en Europe ? (vidéo)
Google Pigeon, ou comment le SEO local prend son envol !
Doctolib, le « Google de la santé », lève 4 millions d’euros
N’enterrons pas trop vite les Google Glass
Avec Contributor, Google veut financer les éditeurs web par le don
Les 5 nouveautés d’Android 5.0 Lollipop (vidéo du jour)
JTech 206 : Firefox, smartphones bon marché, Nexus 9, jouets high-tech (vidéo)
Google fournit gratuitement sa boîte à outils aux associations
Tablette Nexus 9 : le test en images (vidéo du jour)
Google relance son opération séduction auprès des PME françaises
Larry Page, de Google : « Nous n’avions pas entendu parler de PRISM avant hier »