En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

L'e-commerce européen a généré 311,6 milliards d'euros en 2012

Les 250 millions de cyber-acheteurs européens ont permis au secteur du commerce en ligne de progresser de 19 % en 2012 selon l'organisme Ecommerce Europe.

laisser un avis
L'e-commerce européen a connu une croissance de 19 % en 2012.
L'e-commerce européen a connu une croissance de 19 % en 2012.
La crise semble moins toucher le commerce en ligne que le secteur du commerce physique. L’organisation européenne de l’e-commerce, Ecommerce Europe, dont la Fédération de l’e-commerce et de la vente à distance (Fevad) est adhérente, confirme ce 23 mai 2013 ses prévisions que nous avions publiées en décembre dernier. Le chiffre d’affaires du commerce en ligne a atteint 311,6 milliards d’euros au cours de l’année passée, en hausse de 19 % par rapport à 2011.
Les 28 pays membres de l'Union européenne (en incluant la Croatie, qui entrera dans l'UE le 1er juillet) pèsent 88,7 % du marché global européen à 276,5 milliards d'euros. Ce marché est dominé par trois pays : la Grande-Bretagne (96 milliards d’euros de chiffres d’affaires en 2012), l’Allemagne (50 milliards d’euros de chiffre d'affaires) et la France (45 milliards d’euros de chiffres d'affaires). A eux trois, ils ont généré 61 % du chiffre d’affaires de l’e-commerce européen et 69 % de l’e-commerce des l’UE à 28.
Selon Ecommerce Europe, l'économie numérique, vente en ligne comprise, représente 3,5 % du produit intérieur brut du continent. Un pourcentage que l’organisme s'attend à voir doubler d'ici 2016 et tripler avant 2010.
© Ecommerce Europe
agrandir la photo
Fin 2012, le continent comptait 550 000 sites marchands, chiffre en croissance annuelle de 15 à 20%. Comme il l’avait évoqué en décembre dernier, Ecommerce Europe, confirme que cette augmentation de l'offre en ligne est tirée par les pays d'Europe du Sud et de l'Est qui rattrapent rapidement leur retard sur les pays plus matures. La Turquie est le pays où les ventes en ligne ont enregistré la plus forte croissance (75 %). Viennent ensuite la Grèce (61 %) et l’Ukraine (41 %).Le nombre d'emplois liés directement et indirectement à l'e-commerce est par ailleurs estimé à deux millions pour toute l'Europe.
Le marché européen de l’e-commerce conserve donc la première place mondiale, acquise en 2010, devant l’Amérique du nord. La zone Asie-Pacifique arrive en troisième position. C’est d’ailleurs la partie du monde où ce type de commerce a le plus augmenté en 2012.
 
A lire aussi :
300 milliards de chiffre d'affaires pour l'e-commerce européen en 2012, paru le 11/12/2012
envoyer
par mail
imprimer
l'article


@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Les Français veulent imposer à leur banque un nouvel équilibre des forces
Xavier Niel achète Orange Suisse à Apax pour 2,3 milliards d'euros
Paiement en ligne: Voyages-sncf adopte V.me by Visa, retenu par BPCE
Numericable s'active pour vendre l'activité mobile d'Outremer Telecom
UberXS : le plan B pour remplacer UberPop en 2015
Brandalley conteste la décision de l'Autorité de la concurrence sur vente-privée.com
Allianz place des détecteurs de fumée chez ses assurés
L'industriel chinois ZTE tisse ses liens avec l'opérateur e-téra
Comment la fusion SFR-Numericable affecte le plan très haut débit
Demain, votre collègue sera un robot
Uber ne renoncera pas à poursuivre le service UberPop après le 1er janvier
La révolution numérique pousse les assureurs à acheter des startups
Bruxelles valide la refonte du crédit d'impôt jeu vidéo
Téléphonie mobile: Orange négocie avec BT son retrait du Royaume-Uni
Djump, Heetch, Miinute, Lyft… Ces services de covoiturage qui ressemblent à UberPop
Réservation: Booking.com renonce en partie à imposer ses tarifs aux hôtels
Adobe, Altice, Axel Springer... Les rachats IT de la semaine
Heineken, Hilti, Solvay, La Provence,... Les contrats IT de la semaine
Le chinois Baidu investirait jusqu'à 600 millions de dollars dans Uber
Comment Renaud Laplanche et Lending Club ont séduit Wall Street