En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Sheryl Sandberg vend pour 91 millions de dollars d’actions Facebook

Alors que le cours de l’action revient à sa valeur d’introduction, la numéro 2 du réseau social cède pour 91 millions de dollars d’actions. Elle conserve 25 millions de titres, soit un milliard de dollars.

laisser un avis
© Time
En 2011, Sheryl Sandberg faisait la une du Time qui célébrait sa réussite.
agrandir la photo
Depuis quelques semaines, l’action Facebook a retrouvé ses couleurs. Après une introduction en bourse des plus chaotique, le cours est revenu à la normale, c'est-à-dire à son niveau de lancement, soit 38 dollars.
Cette bonne nouvelle a conduit la numéro deux de Facebook, Sheryl Sandberg, à vendre pour 91 millions de dollars d’action. Il s’agit d’un dixième de ce qu’elle possède puis, selon l’AFP, elle détiendrait encore après cela plus de 25 millions d’actions qui représentent une valeur estimée à 1 milliard de dollars.
En décembre dernier, la dirigeante du groupe américain, classée par Forbes comme l'une des dix femmes les plus puissantes du monde, vendait déjà 339 512 titres au prix moyen de 21,09 dollars et 13 392 actions au prix de 20,79 dollars, soit un total de 7,44 millions de dollars, d'après un document boursier publié par le gendarme de la bourse américaine (SEC).
Lors de son introduction en mai dernier, le prix de lancement de l’action avait été jugé survalorisé. En quelques semaines, il avait perdu plus du 3% de sa valeur. Désormais, le réseau social semble avoir retrouvé la confiance des marchés.
Après des doutes sur la capacité du réseau social à créer de la valeur, Facebook a créé un modèle économique centré sur des revenus issus de l’activité mobile qui représentent désormais plus de 40% de son chiffre d’affaires.
Reste désormais à créer des revenus avec Instagram, l’appli rachetée à prix d’or par Mark Zuckergerg. Après avoir voulu payer un milliard de dollars, dont une partie en actions, les autorités américaines, craignant la création d‘une « bulle » et son explosion,  sont intervenues pour ramener ce montant à 700 millions de dollars.
L’objectif l’entreprise californienne est de monétiser cette audience alimentée par 130 millions d’utilisateurs actifs qui publient plus de 6 milliards de photos. Les analystes du cabinet eMarketer estiment que ces revenus représenteront 4,14 milliards de dollars en 2013 et plus de 9 milliards de dollars en 2017. Toutefois, des craintes subsistent sur l’accueil de cette stratégie par les abonnés. Pour Éric Sheridan, analyste chez UBS, « Facebook doit rester prudent et ne pas essayer de monétiser Instagram de manière trop agressive ».
Lire aussi :
-
Facebook tire 41 % de ses revenus publicitaires du mobile (25/07/2013)
- Comment Facebook va générer des revenus avec Instagram (25/06/2013)

envoyer
par mail
imprimer
l'article


@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Numericable s'active pour vendre l'activité mobile d'Outremer Telecom
Brandalley conteste la décision de l'Autorité de la concurrence sur vente-privée.com
Allianz place des détecteurs de fumée chez ses assurés
L'industriel chinois ZTE tisse ses liens avec l'opérateur e-téra
Comment la fusion SFR-Numericable affecte le plan très haut débit
Demain, votre collègue sera un robot
Uber ne renoncera pas à poursuivre le service UberPop après le 1er janvier
La révolution numérique pousse les assureurs à acheter des startups
Bruxelles valide la refonte du crédit d'impôt jeu vidéo
Téléphonie mobile: Orange négocie avec BT son retrait du Royaume-Uni
Djump, Heetch, Miinute, Lyft… Ces services de covoiturage qui ressemblent à UberPop
Réservation: Booking.com renonce en partie à imposer ses tarifs aux hôtels
Adobe, Altice, Axel Springer... Les rachats IT de la semaine
Heineken, Hilti, Solvay, La Provence,... Les contrats IT de la semaine
Le chinois Baidu investirait jusqu'à 600 millions de dollars dans Uber
Comment Renaud Laplanche et Lending Club ont séduit Wall Street
Cédric Hutchings (Withings) : « la santé est à l'aube de révolutions indispensables »
Adobe acquiert la banque d'images Fotolia
Lending Club fait une entrée tonitruante à Wall Street
Leweb'14 : trois start-up primées