En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Sheryl Sandberg vend pour 91 millions de dollars d’actions Facebook

Alors que le cours de l’action revient à sa valeur d’introduction, la numéro 2 du réseau social cède pour 91 millions de dollars d’actions. Elle conserve 25 millions de titres, soit un milliard de dollars.

laisser un avis
© Time
En 2011, Sheryl Sandberg faisait la une du Time qui célébrait sa réussite.
agrandir la photo
Depuis quelques semaines, l’action Facebook a retrouvé ses couleurs. Après une introduction en bourse des plus chaotique, le cours est revenu à la normale, c'est-à-dire à son niveau de lancement, soit 38 dollars.
Cette bonne nouvelle a conduit la numéro deux de Facebook, Sheryl Sandberg, à vendre pour 91 millions de dollars d’action. Il s’agit d’un dixième de ce qu’elle possède puis, selon l’AFP, elle détiendrait encore après cela plus de 25 millions d’actions qui représentent une valeur estimée à 1 milliard de dollars.
En décembre dernier, la dirigeante du groupe américain, classée par Forbes comme l'une des dix femmes les plus puissantes du monde, vendait déjà 339 512 titres au prix moyen de 21,09 dollars et 13 392 actions au prix de 20,79 dollars, soit un total de 7,44 millions de dollars, d'après un document boursier publié par le gendarme de la bourse américaine (SEC).
Lors de son introduction en mai dernier, le prix de lancement de l’action avait été jugé survalorisé. En quelques semaines, il avait perdu plus du 3% de sa valeur. Désormais, le réseau social semble avoir retrouvé la confiance des marchés.
Après des doutes sur la capacité du réseau social à créer de la valeur, Facebook a créé un modèle économique centré sur des revenus issus de l’activité mobile qui représentent désormais plus de 40% de son chiffre d’affaires.
Reste désormais à créer des revenus avec Instagram, l’appli rachetée à prix d’or par Mark Zuckergerg. Après avoir voulu payer un milliard de dollars, dont une partie en actions, les autorités américaines, craignant la création d‘une « bulle » et son explosion,  sont intervenues pour ramener ce montant à 700 millions de dollars.
L’objectif l’entreprise californienne est de monétiser cette audience alimentée par 130 millions d’utilisateurs actifs qui publient plus de 6 milliards de photos. Les analystes du cabinet eMarketer estiment que ces revenus représenteront 4,14 milliards de dollars en 2013 et plus de 9 milliards de dollars en 2017. Toutefois, des craintes subsistent sur l’accueil de cette stratégie par les abonnés. Pour Éric Sheridan, analyste chez UBS, « Facebook doit rester prudent et ne pas essayer de monétiser Instagram de manière trop agressive ».
Lire aussi :
-
Facebook tire 41 % de ses revenus publicitaires du mobile (25/07/2013)
- Comment Facebook va générer des revenus avec Instagram (25/06/2013)

envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Uber recrute un proche conseiller de Barack Obama
Steve Ballmer quitte finalement le board de Microsoft
Avant la sortie de l'iPhone 6, l’action d’Apple au plus haut
Vidéos: le top 10 des stars de la high-tech qui se mouillent pour la bonne cause
Google veut supprimer les limites d'âge pour accéder à ses services
Samsung rachète SmartThings pour se renforcer dans la domotique
Le nouveau Premier ministre indien fait le pari du numérique
Des investisseurs chinois veulent racheter OmniVision
IBM, Yahoo !, Orange, Alten… Les rachats IT de la semaine
Wi-Fi et NFC dans les magasins Ikea
Google s’introduit dans les salles de classe
Yahoo se renforce dans la recherche locale avec la startup Zofari
Obama se dote d’une task force digitale
L’informatique de l’Etat reprise en main par le Premier ministre
Le conflit entre Amazon et Hachette prend une nouvelle dimension
Référencement : Google va donner la priorité aux sites sécurisés
Facebook rachète une start-up spécialisée dans la sécurité
Sécurité : le français Gemalto rachète l'américain SafeNet
Google et le libraire Barnes & Noble s’associent pour concurrencer Amazon
Google s'offre une start-up spécialisée dans la création de films marketing