En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Sheryl Sandberg vend pour 91 millions de dollars d’actions Facebook

Alors que le cours de l’action revient à sa valeur d’introduction, la numéro 2 du réseau social cède pour 91 millions de dollars d’actions. Elle conserve 25 millions de titres, soit un milliard de dollars.

laisser un avis
© Time
En 2011, Sheryl Sandberg faisait la une du Time qui célébrait sa réussite.
agrandir la photo
Depuis quelques semaines, l’action Facebook a retrouvé ses couleurs. Après une introduction en bourse des plus chaotique, le cours est revenu à la normale, c'est-à-dire à son niveau de lancement, soit 38 dollars.
Cette bonne nouvelle a conduit la numéro deux de Facebook, Sheryl Sandberg, à vendre pour 91 millions de dollars d’action. Il s’agit d’un dixième de ce qu’elle possède puis, selon l’AFP, elle détiendrait encore après cela plus de 25 millions d’actions qui représentent une valeur estimée à 1 milliard de dollars.
En décembre dernier, la dirigeante du groupe américain, classée par Forbes comme l'une des dix femmes les plus puissantes du monde, vendait déjà 339 512 titres au prix moyen de 21,09 dollars et 13 392 actions au prix de 20,79 dollars, soit un total de 7,44 millions de dollars, d'après un document boursier publié par le gendarme de la bourse américaine (SEC).
Lors de son introduction en mai dernier, le prix de lancement de l’action avait été jugé survalorisé. En quelques semaines, il avait perdu plus du 3% de sa valeur. Désormais, le réseau social semble avoir retrouvé la confiance des marchés.
Après des doutes sur la capacité du réseau social à créer de la valeur, Facebook a créé un modèle économique centré sur des revenus issus de l’activité mobile qui représentent désormais plus de 40% de son chiffre d’affaires.
Reste désormais à créer des revenus avec Instagram, l’appli rachetée à prix d’or par Mark Zuckergerg. Après avoir voulu payer un milliard de dollars, dont une partie en actions, les autorités américaines, craignant la création d‘une « bulle » et son explosion,  sont intervenues pour ramener ce montant à 700 millions de dollars.
L’objectif l’entreprise californienne est de monétiser cette audience alimentée par 130 millions d’utilisateurs actifs qui publient plus de 6 milliards de photos. Les analystes du cabinet eMarketer estiment que ces revenus représenteront 4,14 milliards de dollars en 2013 et plus de 9 milliards de dollars en 2017. Toutefois, des craintes subsistent sur l’accueil de cette stratégie par les abonnés. Pour Éric Sheridan, analyste chez UBS, « Facebook doit rester prudent et ne pas essayer de monétiser Instagram de manière trop agressive ».
Lire aussi :
-
Facebook tire 41 % de ses revenus publicitaires du mobile (25/07/2013)
- Comment Facebook va générer des revenus avec Instagram (25/06/2013)

envoyer
par mail
imprimer
l'article


@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Petit Bateau, Groupe Trèves, Hutchinson... Les contrats IT de la semaine
Les petits ratés du moteur Google
[Vidéo 01 Replay] Algolia, un moteur de recherche en mode cloud
[Vidéo 01 Replay] Le paiement sans contact ne séduit pas encore les Français
Comment l’Etat baisse sa facture réseaux de 30 %
Maison connectée : Somfy rejoint le groupement Thread
Cinéma : l'histoire du héros méconnu de la seconde guerre mondiale
[Vidéo 01 Replay] L'Oréal se met à l'heure numérique
Le train en illimité, l’arme anti-BlaBlaCar d’iDTGV
Yahoo! va se séparer du reste de ses actions Alibaba
Le français Esker rachète une startup américaine TermSync
Apple : ventes record de l'iPhone et bénéfice historique
Microsoft progresse dans le cloud et le hardware mais Windows déçoit
Réalité virtuelle : Oculus VR se lance dans le cinéma
Partech Ventures lance un fonds de capital-croissance de 200 millions d'euros
[Vidéo 01 replay] Ce qu'il fallait retenir de l'actualité IT de la semaine du 19 janvier
La gouvernance actuelle d'Oracle critiquée par des actionnaires
Voyagiste en ligne: Expedia acquiert son rival américain Travelocity
Eurostar, la Fourchette, Mutuelle Nationale des Hospitaliers.. Les contrats IT de la semaine
Europcar, Microsoft, Apple, Twitter, Everial... Les rachats IT de la semaine