En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Les quatre meilleurs employeurs sont dans le numérique

laisser un avis
Google, SAS Institute, Netapp et Microsoft arrivent en tête du classement des meilleures entreprises où il fait bon travailler établi par l'Institut Great Place to Work. Un classement qui distingue 25 multinationales en fonction de leur culture d’entreprise et des conditions de travail qu’elles offrent. Cisco arrive dixième, Autodesk onzième. Pas de société IT française ni même de SSII dans ce palmarès annuel.
envoyer
par mail
imprimer
l'article


@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Davidson Consulting résout les problèmes de logement de ses jeunes collaborateurs
La SSII Davidson Consulting, première société française où il fait bon vivre
Les entreprises du Web font leur entrée au palmarès du Great Place to Work
Octo Technology et Microsoft à nouveau lauréats des entreprises où il fait bon travailler
Amazon : les salariés français appelés à la grève trois jours avant Noël
Des formations en ligne gratuites pour les demandeurs d’emploi
Piratage de Sony Pictures: d'anciens salariés portent plainte pour défaut de sécurité
La SNCF prévoit de sauver des emplois perdus chez Ecomouv'
La loi Macron entend favoriser l’actionnariat salarié dans les startups
eBay supprimerait 10 % de ses effectifs avant sa scission
Des créations d’emploi très numériques dans le secteur du capital-investissement
La société Ecomouv' va cesser toute activité et licencier 210 salariés
Demain, les salariés seront bardés d’objets connectés
Pôle emploi mise sur le web pour accompagner les chômeurs
SFR n'en a pas fini avec les ex-salariés de ses centres d'appels
Davidson Consulting loge ses jeunes salariés en colocation
Xavier Niel veut faire des décrocheurs scolaires des « superstars de l'informatique »
ING simplifie son informatique et… supprime 1 700 emplois
Forte poussée des syndicats « réformistes » chez Orange