En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Les quatre meilleurs employeurs sont dans le numérique

laisser un avis
Google, SAS Institute, Netapp et Microsoft arrivent en tête du classement des meilleures entreprises où il fait bon travailler établi par l'Institut Great Place to Work. Un classement qui distingue 25 multinationales en fonction de leur culture d’entreprise et des conditions de travail qu’elles offrent. Cisco arrive dixième, Autodesk onzième. Pas de société IT française ni même de SSII dans ce palmarès annuel.
envoyer
par mail
imprimer
l'article


@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Davidson Consulting résout les problèmes de logement de ses jeunes collaborateurs
La SSII Davidson Consulting, première société française où il fait bon vivre
Les entreprises du Web font leur entrée au palmarès du Great Place to Work
Octo Technology et Microsoft à nouveau lauréats des entreprises où il fait bon travailler
Paris Games Week : 17 écoles forment aux métiers du jeu vidéo
Les cinq métiers porteurs dans le numérique et les autres
Les 32 métiers de la DSI décryptés par le Cigref
Google et SAS en tête des multinationales du palmarès Great Place to Work
François Hollande a posé la première brique 3D de la Halle Freyssinet
Avec la Villa Bonne Nouvelle, Orange se penche sur la digitalisation du travail
Satya Nadella a touché 84,3 millions de dollars cette année
Allemagne : après le rachat d'E-Plus, Telefonica supprimera 1600 postes
L'abus de messages personnels au bureau est une faute
Réseaux sociaux: l'usage business reste minoritaire en entreprise
Polytechnique mise sur le big data et crée une chaire « data scientist »
Congélation d'ovocytes: Marisol Touraine s’inquiète du projet d’Apple et Facebook
Facebook et Apple offrent à leurs employées la congélation d'ovocytes
Glassdoor, le TripAdvisor de l’emploi, débarque en France
#rmsconf : Comment recruterons-nous en 2025 ?