En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Les DSI aperçoivent la sortie de crise

Si les directeurs des systèmes d'information restent soumis aux restrictions budgétaires, ils se montent optimistes pour les prochains mois. C'est la bonne surprise de l'enquête annuelle du cabinet Badenoch & Clark.

laisser un avis
Cette année encore, les DSI ont vu leur activité touchée par la crise, dans la plupart des secteurs, mis à part le secteur public et parapublic  et, dans une moindre mesure,  certaines entreprises industrielles, des établissements du tertiaire ainsi que la grande distribution.
Mais si 72%  d’entre eux se déclarent encore impactés par la morosité économique, la sortie de crise se profile à l’horizon : près d’un tiers (32%) l’évoquent. C’est  la bonne surprise de  l’enquête annuelle conduite par Jean Thily, consultant spécialisé dans le recrutement de cadres et dirigeants IT pour la marque Alexandre TIC au sein du cabinet Badenoch & Clark. Il a interrogé près de deux cents DSI d’entreprises de toutes tailles figurant dans son portefeuille. La reprise se fera toutefois à un rythme lent (73 %) ou modéré (27 %).

Des refontes partielles du SI au cœur de leurs préoccupations

Neuf  DSI sur dix ont déclaré qu’ils étaient engagés dans de grands projets. Toutefois, les refontes totales du système d’information ne concernent que 5% des chantiers, généralement  dans de petites entreprises ou  après une fusion. Dans 32% des cas, il s’agit d’une refonte partielle à caractère fonctionnel, le plus souvent, afin d’accompagner l’évolution des métiers.  
Si la refonte partielle du SI constitue leur principale préoccupation, la gestion des risques et de la sécurité qui  arrive au deuxième rang est citée par la même proportion de répondants que l’an dernier alors que la plus grande ouverture du SI vers l’extérieur augmente sa vulnérabilité.   En dernière position, l’informatique verte décline toujours plus.
Le fait de disposer  des bonnes compétences redevient pour  les DSI  la principale contrainte pour réussir leur mission, suivie par celle du budget. Citée en troisième position, celle des délais régresse nettement.

L’impact de la réduction des budgets sur les effectifs

Les  budgets ont diminué  pour un DSI sur trois (34%) tandis que ceux qui ont déclaré une augmentation  sont  moins nombreux : ils passent  de quatre à trois sur dix. Conséquences ? Une qualité  du système d’information  simplement maintenue  pour près du tiers d’entre eux (31% contre 27% en 2012)  et ceux qui déclarent une amélioration ne sont plus que 64%. Les tendances  sont  sensiblement les mêmes  en ce qui concerne les architectures techniques

Autres impacts : une diminution des effectifs, déplorée par un DSI sur quatre (24%) au lieu de cinq en 2011  et ils ne sont plus que 31% à déclarer leur augmentation. Parmi eux, près de 7 sur 10 (66%) ont procédé à des recrutements au 1er semestre 2013. Mais seulement 5 sur 10 (49%) ont anticipé leurs besoins en fin d’année. « La perspective de la sortie de crise ne semble pas, pour l’instant laisser augurer d’une reprise rapide des embauches, même si de nombreux DSI font état de leurs réels besoins  en spécialistes des technologies liées à la mobilité», souligne Jean Thily.

Moins de sous-traitance mais plus d’externalisation

Le recours à la sous-traitance a diminué pour 23% des DSI interrogés. Par contre, l’externalisation qui demeure une pratique courante pour tout ce qui ne constitue pas le cœur du métier de l’entreprise est repartie à la hausse, «probablement sous l’effet du cloud », précise Jean Thily. Pour 55% des réponses, il s’agit de l’hébergement de serveurs  ou d’une infogérance totale ou partielle de la production. Les  DSI évoquent ensuite  l’externalisation des développements (29%)  puis la fonction support (15%).
agrandir la photo

Portrait-robot du DSI de 2013

agrandir la photo

Le DSI cuvée 2013 met de plus en plus en avant ses capacités de stratège et de moins en moins son savoir-faire technique. Pour autant, neuf DSI du panel sur dix sont toujours issus de la filière informatique. La majorité d’entre eux (61%) occupait auparavant un poste de responsable études. Ils sont suivis par ceux issus de l’expertise ou de la production (15%). Un sur deux a plus de cinq ans d’ancienneté  à son poste actuel et entre 10 et 12 ans dans la fonction. 

Le DSI et l'innovation

agrandir la photo

Les DSI se déclarent à 83% fortement ou moyennement concernés  par la révolutionnumérique (ils étaient 88% en 2012. Sur ce thème, certains DSI s’interrogent  sur leur rôle : « A qui incombe la conduite du changement quand l’entreprise a pris le virage du numérique ? ». Quant à l’impact du BYOD  (Bring your own devices/ndlr : l’utilisation au bureau, par les salariés, de leurs équipements mobiles personnels), curieusement, plus d’un DSI sur deux (54%) déclare n’y porter qu’un faible intérêt, voire un intérêt nul (18%).

envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Deloitte dévoile les dix tendances technologiques 2014
Microsoft met la création d’applis à la portée des directions métiers
DSI versus DRH
Le numérique s’inscrit au cœur du patrimoine génétique des entreprises
La gestion du patrimoine applicatif s’attaque aux grosses dépenses IT
Les DSI doutent de leur capacité à faire face au choc numérique
Le budget informatique de la NSA explose
Avec le numérique, quels changements de société désirons-nous ?
Comment le DSI peut-il (re)devenir incoutournable
Les six points clefs d’une stratégie numérique
DSI, êtes-vous « disruptif » ou traditionnel ?
Alstom supprimerait une centaine de postes d’informaticiens
DSI, apprenez la langue des directeurs marketing
Polémique DSI : le mode Saas peut-il faire baisser le coût de possession de vos logiciels ?
Le directeur des achats, un faux rebelle aux technologies
Négociez jusqu’à 20 % de rabais sur vos contrats informatiques
Transition numérique : les dirigeants français peinent à transformer l’essai
Polémique DSI : peut-on innover sans faire appel aux fournisseurs informatiques ?
Marché de l’emploi IT : la revanche des DSI sur les SSII