En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Ne m’appelez plus auto-entrepreneur mais micro-entrepreneur

A partir du 1er janvier 2015, les différents régimes des entrepreneurs individuels fusionneront en un seul et unique régime simplifié, celui de la micro-entreprise.

laisser un avis
Est-ce la fin de la fronde des Poussins ? Définitivement adoptée, la loi « artisanat, commerce et très petites entreprises » de la ministre Sylvia Pinel intègre les revendications des quelque un million d’auto-entrepreneurs en France, dont un bon nombre d’informaticiens.
A partir du 1er janvier 2015, il ne faudra d’ailleurs plus les appeler auto-entrepreneurs. Les régimes du micro-social (auto-entrepreneur) et du micro-fiscal fusionneront en un seul et unique régime simplifié, celui de la micro-entreprise.
Il n'y aura pas de baisse du seuil de chiffre d'affaires à partir duquel un auto-entrepreneur devait - au bout de deux ans consécutifs - rejoindre un régime général d'entreprise individuelle. Ce qui était le principal grief des Poussins.
Le régime de micro-entreprise s’adressera aux travailleurs indépendants réalisant jusqu’à 32 900 euros de chiffre d'affaires pour les artisans et professions libérales et de 82 100 euros pour les commerçants. Comme pour l'auto-entrepreneur, les impôts et les cotisations sociales du micro-entrepreneur seront calculés sur le chiffre d'affaires.
En revanche, les micro-entrepreneurs devront en s'acquitter de nouvelles taxes dont étaient jusqu'ici exonérés les auto-entrepreneurs dont la taxe pour frais de chambres consulaires et la cotisation foncière des entreprises. Les entrepreneurs individuels qui relèvent de l'artisanat auront aussi l'obligation de suivre le stage préalable à l’installation (SPI).
A côté de ce nouveau régime de la micro-entreprise, le régime dit « réel » restera en vigueur. Il permet d'amortir les équipements, de déduire les charges, d'être taxé sur le bénéfice et non pas sur le chiffre d'affaires. Ce régime réel se prête davantage aux indépendants dont l’activité a atteint un certain rythme de croisière.
agrandir la photo
envoyer
par mail
imprimer
l'article


@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Plus de 23 000 auto-entrepreneurs sur le secteur informatique
Sopra Steria atteint 3,37 milliards d'euros sur l'exercice 2014
Aufeminin.com met le cap sur les Etats-Unis
FrenchSouth Digital : la Silicon Valley du Languedoc Roussillon
Pinterest, le pêle-mêle du numérique, sera-t-il le futur géant du e-commerce ?
Axa créé un fonds de capital-risque de 200 millions d'euros
Google se réorganise pour amadouer l'Europe
Pourquoi YouTube ne rapporte pas un dollar à Google
Louis Vuitton fait intensivement tester son site web lors de sa refonte
Le fonds PAI Partners cède presque toute sa participation dans Atos
Apple écope d'une sévère amende pour violation de brevets
Skoda France mise sur l'impression 3D pour aider à vendre ses voitures
La "pépite" du robot, Aldebaran, passe à 95 % sous contrôle japonais
Financement participatif: la France devance l'Allemagne
Booking.com se lance dans la réservation de dernière minute
Le logiciel caché de Lenovo révèle des pratiques discutables de l'industrie du PC
Cartes SIM piratées: pour Gemalto, le préjudice financier ne sera pas significatif
Apple investit 1,7 milliard d’euros en Europe pour améliorer ses services en ligne
CastAR, des lunettes de réalité augmentée pour concurrencer l'HoloLens de Microsoft