En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Ne m’appelez plus auto-entrepreneur mais micro-entrepreneur

A partir du 1er janvier 2015, les différents régimes des entrepreneurs individuels fusionneront en un seul et unique régime simplifié, celui de la micro-entreprise.

laisser un avis
Est-ce la fin de la fronde des Poussins ? Définitivement adoptée, la loi « artisanat, commerce et très petites entreprises » de la ministre Sylvia Pinel intègre les revendications des quelque un million d’auto-entrepreneurs en France, dont un bon nombre d’informaticiens.
A partir du 1er janvier 2015, il ne faudra d’ailleurs plus les appeler auto-entrepreneurs. Les régimes du micro-social (auto-entrepreneur) et du micro-fiscal fusionneront en un seul et unique régime simplifié, celui de la micro-entreprise.
Il n'y aura pas de baisse du seuil de chiffre d'affaires à partir duquel un auto-entrepreneur devait - au bout de deux ans consécutifs - rejoindre un régime général d'entreprise individuelle. Ce qui était le principal grief des Poussins.
Le régime de micro-entreprise s’adressera aux travailleurs indépendants réalisant jusqu’à 32 900 euros de chiffre d'affaires pour les artisans et professions libérales et de 82 100 euros pour les commerçants. Comme pour l'auto-entrepreneur, les impôts et les cotisations sociales du micro-entrepreneur seront calculés sur le chiffre d'affaires.
En revanche, les micro-entrepreneurs devront en s'acquitter de nouvelles taxes dont étaient jusqu'ici exonérés les auto-entrepreneurs dont la taxe pour frais de chambres consulaires et la cotisation foncière des entreprises. Les entrepreneurs individuels qui relèvent de l'artisanat auront aussi l'obligation de suivre le stage préalable à l’installation (SPI).
A côté de ce nouveau régime de la micro-entreprise, le régime dit « réel » restera en vigueur. Il permet d'amortir les équipements, de déduire les charges, d'être taxé sur le bénéfice et non pas sur le chiffre d'affaires. Ce régime réel se prête davantage aux indépendants dont l’activité a atteint un certain rythme de croisière.
agrandir la photo
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Plus de 23 000 auto-entrepreneurs sur le secteur informatique
La Caisse d’Epargne rôde son agence « nouvelle définition »
La CaixaBank déploie 8500 distributeurs de billets "sans contact"
François Hollande annonce un (nouveau) plan numérique pour l'école
L'éditeur Compuware négocierait sa vente à un fonds
SFR arrête son incursion dans les cartes de paiement avec Mastercard
Après sept ans de procès avec SAP, Oracle n’obtient toujours pas satisfaction
Selon Iliad, "Pas de copier-coller de Free pour T-Mobile aux Etats-Unis"
Google Glass : Nexity lancera la première appli immobilière en France
01 Replay : Guy Mamou-Mani détaille quelques unes des priorités de la rentrée pour Syntec Numérique
Iliad chute en Bourse après l'annonce de résultats moins bons que prévu
Free franchit la barre des 9 millions d'abonnés mobiles
Freinage brutal sur le marché des tablettes tactiles
Criteo serait la prochaine cible de Publicis
Google, Altran, Vivendi... Les rachats IT de la semaine
Bureau Veritas, MobilWood, Groupe Kuhn... Les contrats IT de la semaine
Dans les coulisses de l'usine logicielle de Voyages-sncf.com
Viadeo creuse ses pertes au 1er semestre 2014
SFR attaque Free devant le tribunal de commerce de Paris