En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Ne m’appelez plus auto-entrepreneur mais micro-entrepreneur

A partir du 1er janvier 2015, les différents régimes des entrepreneurs individuels fusionneront en un seul et unique régime simplifié, celui de la micro-entreprise.

laisser un avis
Est-ce la fin de la fronde des Poussins ? Définitivement adoptée, la loi « artisanat, commerce et très petites entreprises » de la ministre Sylvia Pinel intègre les revendications des quelque un million d’auto-entrepreneurs en France, dont un bon nombre d’informaticiens.
A partir du 1er janvier 2015, il ne faudra d’ailleurs plus les appeler auto-entrepreneurs. Les régimes du micro-social (auto-entrepreneur) et du micro-fiscal fusionneront en un seul et unique régime simplifié, celui de la micro-entreprise.
Il n'y aura pas de baisse du seuil de chiffre d'affaires à partir duquel un auto-entrepreneur devait - au bout de deux ans consécutifs - rejoindre un régime général d'entreprise individuelle. Ce qui était le principal grief des Poussins.
Le régime de micro-entreprise s’adressera aux travailleurs indépendants réalisant jusqu’à 32 900 euros de chiffre d'affaires pour les artisans et professions libérales et de 82 100 euros pour les commerçants. Comme pour l'auto-entrepreneur, les impôts et les cotisations sociales du micro-entrepreneur seront calculés sur le chiffre d'affaires.
En revanche, les micro-entrepreneurs devront en s'acquitter de nouvelles taxes dont étaient jusqu'ici exonérés les auto-entrepreneurs dont la taxe pour frais de chambres consulaires et la cotisation foncière des entreprises. Les entrepreneurs individuels qui relèvent de l'artisanat auront aussi l'obligation de suivre le stage préalable à l’installation (SPI).
A côté de ce nouveau régime de la micro-entreprise, le régime dit « réel » restera en vigueur. Il permet d'amortir les équipements, de déduire les charges, d'être taxé sur le bénéfice et non pas sur le chiffre d'affaires. Ce régime réel se prête davantage aux indépendants dont l’activité a atteint un certain rythme de croisière.
agrandir la photo
envoyer
par mail
imprimer
l'article


@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Plus de 23 000 auto-entrepreneurs sur le secteur informatique
Eurostar, la Fourchette, Mutuelle Nationale des Hospitaliers.. Les contrats IT de la semaine
Huawei nie tout cyberespionnage tout en soutenant le PC chinois
Orange crée un fonds d'amorçage de 20 millions d'euros pour start-up
Apple rachète Semetric, qui analyse les données de consommation musicale
[Vidéo 01 Replay] BlackBerry peut-il reconquérir l'entreprise ?
[Vidéo 01 Replay] PageYourself, un site professionnel sur Facebook
[Vidéo 01 Replay] Accélérer les chantiers de la cybersécurité
Uber évalué à plus de 41 milliards de dollars
Olivier Marti (CEA) : « Mon travail ? Mettre le climat dans un ordinateur »
Microsoft dévoile Windows Holographic et Hololens, un casque de réalité augmentée
[Vidéo 01 replay] Ce qu'il fallait retenir de l'actualité IT de la semaine du 12 janvier
VOD : Netflix accélère sa croissance à l'international
Les enjeux colossaux de la ville intelligente
IBM : 11ème chiffre d'affaires trimestriel consécutif en baisse
L’avenir et la gouvernance Internet en question au Forum de Davos
Pourquoi l'impression 3D révolutionne, en douceur, l'industrie
SAP veut augmenter ses revenus de moitié d'ici 2020 grâce au cloud
Oracle nomme un ex-directeur de la CIA à son conseil d'administration