En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.

FERMER  x Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Ne m’appelez plus auto-entrepreneur mais micro-entrepreneur

A partir du 1er janvier 2015, les différents régimes des entrepreneurs individuels fusionneront en un seul et unique régime simplifié, celui de la micro-entreprise.

laisser un avis
Est-ce la fin de la fronde des Poussins ? Définitivement adoptée, la loi « artisanat, commerce et très petites entreprises » de la ministre Sylvia Pinel intègre les revendications des quelque un million d’auto-entrepreneurs en France, dont un bon nombre d’informaticiens.
A partir du 1er janvier 2015, il ne faudra d’ailleurs plus les appeler auto-entrepreneurs. Les régimes du micro-social (auto-entrepreneur) et du micro-fiscal fusionneront en un seul et unique régime simplifié, celui de la micro-entreprise.
Il n'y aura pas de baisse du seuil de chiffre d'affaires à partir duquel un auto-entrepreneur devait - au bout de deux ans consécutifs - rejoindre un régime général d'entreprise individuelle. Ce qui était le principal grief des Poussins.
Le régime de micro-entreprise s’adressera aux travailleurs indépendants réalisant jusqu’à 32 900 euros de chiffre d'affaires pour les artisans et professions libérales et de 82 100 euros pour les commerçants. Comme pour l'auto-entrepreneur, les impôts et les cotisations sociales du micro-entrepreneur seront calculés sur le chiffre d'affaires.
En revanche, les micro-entrepreneurs devront en s'acquitter de nouvelles taxes dont étaient jusqu'ici exonérés les auto-entrepreneurs dont la taxe pour frais de chambres consulaires et la cotisation foncière des entreprises. Les entrepreneurs individuels qui relèvent de l'artisanat auront aussi l'obligation de suivre le stage préalable à l’installation (SPI).
A côté de ce nouveau régime de la micro-entreprise, le régime dit « réel » restera en vigueur. Il permet d'amortir les équipements, de déduire les charges, d'être taxé sur le bénéfice et non pas sur le chiffre d'affaires. Ce régime réel se prête davantage aux indépendants dont l’activité a atteint un certain rythme de croisière.
agrandir la photo
envoyer
par mail
imprimer
l'article




Newsletter 01net. Actus

@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Plus de 23 000 auto-entrepreneurs sur le secteur informatique
Une nouvelle génération de "marketeux" débarque dans l'entreprise
Pourquoi la valorisation d'Airbnb va atteindre des sommets
Immersion dans le monde digital chez Accenture à Sophia-Antipolis
Le numérique bouscule les rythmes de formation des salariés
Aurélie Simard (Eurogroup): "La DSI peine face au virage numérique"
Les professionnels de l’IT réclament des formations Cloud
L'offensive numérique d'Accor pour contrer Booking.com
Intel établit en Ile-de-France son centre européen dédié au Big data
Accélération numérique: les grandes entreprises peinent à suivre le rythme
Le numérique : un marché porteur pour l'emploi
Les 100 premiers acteurs français du numérique en croissance de 13 % en 2014
Bill McDermott: "La France fait partie des 5 marchés majeurs pour SAP"
Ces nouveaux profils issus du numérique (4) : le nouvel expert en sécurité
Ces nouveaux profils issus du numérique (1) : Data Scientist
Ces nouveaux profils issus du numérique (3) : l'ingénieur Cloud Computing
Ces nouveaux profils issus du numérique (2) : le Cloud Broker
Accompagner les métiers existants vers la transformation digitale
Comment le numérique transforme les métiers et l’organisation des entreprises