En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Ne m’appelez plus auto-entrepreneur mais micro-entrepreneur

A partir du 1er janvier 2015, les différents régimes des entrepreneurs individuels fusionneront en un seul et unique régime simplifié, celui de la micro-entreprise.

laisser un avis
Est-ce la fin de la fronde des Poussins ? Définitivement adoptée, la loi « artisanat, commerce et très petites entreprises » de la ministre Sylvia Pinel intègre les revendications des quelque un million d’auto-entrepreneurs en France, dont un bon nombre d’informaticiens.
A partir du 1er janvier 2015, il ne faudra d’ailleurs plus les appeler auto-entrepreneurs. Les régimes du micro-social (auto-entrepreneur) et du micro-fiscal fusionneront en un seul et unique régime simplifié, celui de la micro-entreprise.
Il n'y aura pas de baisse du seuil de chiffre d'affaires à partir duquel un auto-entrepreneur devait - au bout de deux ans consécutifs - rejoindre un régime général d'entreprise individuelle. Ce qui était le principal grief des Poussins.
Le régime de micro-entreprise s’adressera aux travailleurs indépendants réalisant jusqu’à 32 900 euros de chiffre d'affaires pour les artisans et professions libérales et de 82 100 euros pour les commerçants. Comme pour l'auto-entrepreneur, les impôts et les cotisations sociales du micro-entrepreneur seront calculés sur le chiffre d'affaires.
En revanche, les micro-entrepreneurs devront en s'acquitter de nouvelles taxes dont étaient jusqu'ici exonérés les auto-entrepreneurs dont la taxe pour frais de chambres consulaires et la cotisation foncière des entreprises. Les entrepreneurs individuels qui relèvent de l'artisanat auront aussi l'obligation de suivre le stage préalable à l’installation (SPI).
A côté de ce nouveau régime de la micro-entreprise, le régime dit « réel » restera en vigueur. Il permet d'amortir les équipements, de déduire les charges, d'être taxé sur le bénéfice et non pas sur le chiffre d'affaires. Ce régime réel se prête davantage aux indépendants dont l’activité a atteint un certain rythme de croisière.
agrandir la photo
envoyer
par mail
imprimer
l'article


@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Plus de 23 000 auto-entrepreneurs sur le secteur informatique
Accor investit 225 millions d’euros dans le numérique sur cinq ans
Orange dépose plainte contre SFR et demande 135 millions d’euros
Les ventes mondiales de smartphones augmentent de 25% au 3e trimestre
Open Compute : la French Tech peut devenir le leader des datacenters européens
Nintendo améliore ses résultats grâce aux performances de la WII U
Au Japon, des robots Pepper vendront les machines à café Nestlé
Samsung semi-conducteurs veut supprimer 90 postes à Sophia Antipolis
STMicro renoue avec les bénéfices mais craint pour son activité
Publicité : Publicis rachète la plateforme d’achat programmatique Run
La Lloyds met l’accent sur le numérique et supprime 9000 postes
L’Hadopi réagit vivement aux attaques et à la baisse de sa subvention
Apple, Google et Samsung, tiercé de tête des entreprises innovantes
Twitter affiche une croissance à trois chiffres mais déçoit la Bourse
Apple Pay : déjà un succès aux Etats-Unis, bientôt étendu à la Chine…
Pour lutter contre la grippe, Uber vous envoie une infirmière à domicile
Le kiosque numérique de Blendle séduit Axel Springer et le New York Times
SFR-Numericable : l’Autorité de la concurrence donne un accord sous condition
[Vidéo 01 Replay] Ce qu'il fallait retenir de l'actualité IT de la semaine du 20 cotobre