En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Bercy abandonne le super logiciel de paie des fonctionnaires

Après Louvois, le gouvernement enterre l’ONP, un autre calculateur de paie. Tous les agents de l'Etat devaient passer sur ce système unique en 2017. Un fiasco évalué entre 235 et 290 millions d'euros.

laisser un avis
Après Louvois, le logiciel de calcul de la solde des militaires, le gouvernement réserve un enterrement de première classe à un autre super calculateur, dédié cette fois aux fonctionnaires. Lancé en 2007, pendant la présidence de Nicolas Sarkozy, l'Opérateur national de paye (ONP) qui devait unifier la gestion de la paye des agents de la fonction publique est stoppé.
Le gouvernement a décidé d'arrêter les frais précisant à l'AFP que le projet avait déjà couté entre 235 et 290 millions, selon que l'on compte ou non les dépenses de personnel. Avec cet abandon le ministère du Budgets table même sur des économies de 600 millions d'euros sur les dix années à venir.
Sur son site, Force Ouvrière publie un courrier adressé à la Direction générale des finances publiques (DGFIP). Le texte avance comme raisons officielles : « les risques techniques importants ainsi que les conséquences des reports successifs de calendriers », rendant impossible la tenue l’objectif d’un déploiement généralisé en 2017. A cette échéance, l'ONP devait gérer la paye de 2,4 millions agents de l'Etat.

Plus de 500 personnes travaillaient sur ce projet

Comme pour Louvois, la complexité à traiter la paye de quelque 1850 régimes différents aurait eu raison de cet autre chantier pharaonique. Faute de logiciel unique, « les anciennes applications seront maintenues et transposées à fonctionnalités identiques ». Adieu donc - du moins pour l'heure - la volonté initiale d'aboutir à une vision unifiée des dépenses en masse salariale et à une gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) au sein de l'Etat
Que prévoient, par ailleurs, les contrats signés avec les prestataires en cas d’abandon ? En 2010, c’est le consortium Accenture-Logica-HR Access qui a été retenu pour concevoir la plate-forme de gestion des salaires sur la base d’un contrat de 88 millions d’euros. Un an plus tard, Steria emportait un autre marché portant la réalisation du système d’information des ressources humaines (SIRH) interministériel. Un outil opéré par l’ONP en mode SaaS (Software as a Service). Steria qui a vu ses résultats annuels plombés par la suspension de l’écotaxe, sera-t-elle à nouveau pénalisée par l’abandon de l’ONP ?
Autre victime de ce fiasco, l’équipe projet. Selon la CGT qui confirme l’arrêt du programme, 508 personnes travaillaient à l’ONP, entre les agents titulaires et contractuels et les sous-traitants, à Bercy et au centre informatique de Rennes. Des agents qui, selon le syndicat, étaient soumis à des conditions de travail dégradées :  management en mode projet, mise en concurrence des équipes, travail en urgence, open space. Quelles solutions de reclassement seront proposées ? Un motif supplémentaire pour l’appel à la grève lancé le 20 mars prochain au sein de la DGFIP.
envoyer
par mail
imprimer
l'article


@01Business_fr sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Le super logiciel de paie des fonctionnaires aura coûté 234 millions d’euros
Steria, optimiste pour 2014
Steria n’est pas impactée par l’arrêt du logiciel de paie des fonctionnaires
Après Louvois, les nouveaux déboires d’un logiciel de paie de l'Etat
Bugs de Louvois : encore 200 erreurs de paiement par mois
Paie des armées : les bugs pourraient perdurer plus de deux ans
Open World Forum : reprenez le contrôle de vos données !
SAP gèle ses prix de maintenance jusqu'en 2020
L’appli mobile d’easyJet scanne les passeports
Augure, le moteur de recherche qui identifie les influenceurs
SAP n'est pas le premier choix de ses clients dans le cloud
Microsoft fait des promotions sur son CRM en Saas
Top 250 : Les éditeurs Scality et Intersec primés par le jury de Syntec Numérique
Top250 : Le logiciel français maintient une croissance soutenue
Les tests, un quart du budget informatique des entreprises en 2014
Byod, MDM, App store interne… Windows 10 fait de l’œil aux entreprises
Microsoft dévoile Windows 10, disponible en preview dès le 1er octobre
Coconote, une table tactile pensée pour le travail collaboratif
Cegid diffuse Office 365 auprès de ses clients PME